Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 6 février 2019

Revue de presse du 6 février 2019

La séance plénière d’hier au niveau de la Chambre Haute, retient l’attention des quotidiens parus ce jour. En effet, les sénateurs présents lors de la séance d’hier ont adopté le projet de loi n° 001/2019 du 24 janvier 2019 déléguant le pouvoir de légiférer par ordonnance au président de la République. Par ailleurs, plusieurs quotidiens ont relayé les rumeurs sur une tentative de destitution de l’actuel président du Sénat.

Processus électoral

POUVOIR DE LEGIFERER PAR ORDONNANCE : LES SENATEURS SUIVENT L’EXEMPLE DES DEPUTES

A l’unanimité, les 52 sénateurs présents lors de la session extraordinaire d’hier, au Palais de Verre d’Anosikely, ont voté pour le projet de loi n° 001/2019 du 24 janvier 2019 déléguant le pouvoir de légiférer par ordonnance au président de la République. Les sénateurs, ont choisi de suivre l’exemple des députés en adoptant, sans amendement, ledit projet de loi, souligne Les Nouvelles. Aussi étrange que cela puisse paraître, aucun sénateur présent, pourtant en majorité HVM, ne s’est opposé au vote du projet de loi relatif au pouvoir de légiférer par ordonnance, s’étonne le quotidien. Il en est de même pour le projet de loi modifiant les textes sur les élections législatives. Présent à la Chambre Haute, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tiana Razafimahefa a plaidé en faveur de ces deux textes. Il a expliqué qu’il appartient désormais à la Haute cour constitutionnelle de procéder au contrôle de constitutionnalité de ces deux textes. Et ce, à partir d’une saisine du président de l’Assemblée nationale (p. 2 ; L’Express de Madagascar, p. 5 ; La Vérité, p. 2 ; Inona no Vaovao, p. 2). Lors de sa prise de parole hier, le président du Sénat Rivo Rakotovao a affiché la volonté de la Chambre Haute à accompagner les initiatives de l’Exécutif et notamment du président de la République dans le cadre du développement de la Nation. « Notre institution a démontré la volonté des parlementaires d’accompagner l’avancement de notre nation et ce, en dépit des divergences d’opinion. Nous devons tout de même partager une confiance mutuelle et le Président doit bénéficier de la confiance de tout un chacun puisqu’il a le rôle de songer en priorité à notre peuple », a souligné Rivo Rakotovao. La période de 5 mois, durant laquelle le pouvoir de légiférer sera accordé au président de la République, sera certainement et logiquement balisée par la Haute cour constitutionnelle pour éviter que le Chef de l’Etat ne dérape par voie d’ordonnance, précise Midi Madagasikara, p. 2. Sachant que la majorité des sénateurs est issue du parti HVM, les observateurs s’attendaient à ce que le Sénat bloque la loi permettant au président de la République de légiférer par voie d’ordonnance. Mais, à la surprise de tous, ledit projet de loi a été voté à l’unanimité par les sénateurs. Cette situation confirme le désordre au sein du HVM, note Free News, p. 2.

  • D’après les explications du juriste Imbiki Herilaza, l’adoption du texte déléguant le pouvoir de légiférer au président de la République signifie que jusqu’à la mise en vigueur de l’arrêt de la proclamation par la HCC des résultats définitifs des élections législatives, qui devra logiquement se dérouler le 2 juillet 2019 au plus tard, le président de la République peut légiférer par voie d’ordonnance. Toutefois, la Constitution exige deux conditions, à savoir que « Les ordonnances doivent respecter l’article 95 de la Constitution dont les dispositions énumèrent les matières relevant du domaine de la loi. Ensuite, un contrôle de conformité à la Constitution, prévu par les dispositions des articles 116 et 117 », a indiqué le juriste, tout en précisant que les ordonnances doivent toujours faire l’objet de contrôle de constitutionnalité (Les Nouvelles, p.2).
  • Après son passage à l’hémicycle de Tsimbazaza, le Premier ministre Ntsay Christian s’est rendu hier au Sénat pour présenter le Plan de mise en œuvre de la Politique générale de l’Etat. Ayant anticipé la séance de revendication des parlementaires, le Chef du gouvernement a décidé de répondre aux sénateurs toutes les heures afin d’éviter que tous les sujets ne soient mélangés (Les Nouvelles, p. 2 ; Madagascar-Laza, p. 3).

 

Dynamique politique

 

SÉNAT : LE BUREAU PERMANENT VISÉ

Le président du Sénat Rivo Rakotovao a échappé à une tentative de destitution, hier, révèle L’Express de Madagascar. L’adoption à l’unanimité des deux projets de loi présentés par l’Exécutif, indique l’émergence d’une nouvelle majorité au palais de verre d’Anosy. « Nous sentons le vent du changement. Les choses changent, il faut avancer. Pour avancer, toutefois, il faut qu’il y ait une certaine sympathie entre ceux qui dirigent », a déclaré le sénateur Kolo Roger, à l’issue de la séance plénière d’hier. Cet élu au titre du parti HVM affirme qu’une large majorité des sénateurs penche pour le remplacement du président du Sénat, d’autant que la règle démocratique prévoit l’alternance. « Remplacer l’actuel président du Sénat, par une personne plus au diapason avec les nouveaux tenants du pouvoir, notamment le président de la République, serait alors le motif de l’intention de destitution », analyse L’Express de Madagascar. Par ailleurs, des sénateurs se sont concertés avant le début de la séance plénière d’hier afin de déclencher la destitution de l’actuel président de la Chambre Haute, affirme le quotidien. Au début des débats, un des sénateurs a demandé une séance à huis clos pour parler des affaires internes de l’institution. La requête a toutefois été refusée par Rivo Rakotovao. Il a alors décidé que la réunion à huis clos se tiendra après les débats et le vote des projets de loi présentés par l’Exécutif. « L’intention d’engager immédiatement la procédure de destitution du président du Sénat a bien été discutée durant cette réunion à huis-clos. Seulement, les sénateurs en faveur de la démarche n’ont pas atteint les deux-tiers », confie une source du quotidien. En effet, des membres du groupe parlementaire HVM et une partie des sénateurs désignés par l’ancien président de la République ont refusé la destitution du numéro Un du Sénat, conclut L’Express de Madagascar, p. 3. En fin de la matinée d’hier, un groupe de sénateurs a initié une séance à huis clos où rien n’a filtré. Certaines supputations parlent d’une tentative de destitution du bureau permanent. Mais pour l’instant, les concernés n’ont rien confirmé, indique Madagascar-Laza, p. 3. Pour sa part, Midi Madagasikara affirme que le parti HVM traverse une zone de turbulence à l’approche des législatives. L’adoption sans amendement par les sénateurs, du projet de loi n° 001/2019 du 24 janvier 2019 déléguant le pouvoir de légiférer au président de la République et du projet de loi n° 002/2019 du 24 janvier 2019 modifiant certaines dispositions de la loi organique n° 2018-010 relative aux élections législatives, semble confirmer l’existence de ce malaise profond qui mine l’ancien parti majoritaire, estime le quotidien. L’adoption des deux projets de loi dont l’application favorise sans équivoque le parti MAPAR lors des prochaines élections, est perçue comme un revirement politique pour les sénateurs HVM, conclut Midi Madagasikara, p. 3. De son côté, Tia Tanindrazana relaye la rumeur selon laquelle la tentative de destitution de Rivo Rakotovao aurait été préparé depuis plus d’une semaine. Le plus étrange dans cette affaire réside dans le fait que les sénateurs, qui sont majoritairement composés d’élus ou de nommés HVM, tentent actuellement de destituer le président du Sénat Rivo Rakotovao, qui est pourtant l’un des cadres du parti, conclut le quotidien (p. 2).

Social

 

CFM : MISE EN COHERENCE DE SA STRATEGIE AVEC L’IEM

La commission de la refondation de la Nation et de la République, au sein du Conseil pour la Réconciliation Malgache ou CFM, a organisé un conclave à l’Université catholique de Madagascar à Ambatoroka les 4 et 5 février derniers. D’après les explications de Père Serge Andrianirina, président de ladite commission, le but du conclave est de planifier et mettre en place une stratégie claire afin d’asseoir la paix sociale pour aller vers le développement du pays. La stratégie comporte 5 axes majeurs, mis à jour afin d’être en cohérence avec l’Initiative pour l’émergence de Madagascar ou IEM élaboré par le président de la République Andry Rajoelina. Ainsi, le respect des valeurs malgaches, le développement économique, les « Dina » (ou pacte communautaire), la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption sont les axes majeurs inscrits dans cette stratégie mise en place par la commission de la refondation de la Nation et de la République. Une stratégie qui sera adaptée selon les mœurs et coutumes de chaque région et qui respectera les lois nationales et internationales, surtout celles relatives aux droits de l’Homme (Madagascar-Laza, p. 2).

 

EPIDEMIE DE ROUGEOLE : ANDRY RAJOELINA EN DEPLACEMENT A AMBILOBE

Le Président Andry Rajoelina s’est déplacé hier dans le district d’Ambilobe, dans la région Diana, accompagné notamment du ministre de la Santé publique, Julio Rakotonirina, afin de constater de visu la mise en œuvre des dispositifs de prise en charge des personnes atteintes de l’épidémie de rougeole, qui sévit dans ce district du Nord du pays. D’après les données fournies par le ministère de la Santé, 86 décès liés aux complications de la rougeole ont été enregistrés récemment dans l’ensemble de la région Diana. Pour cause, la majorité de la population n’a pas accès aux services de santé, tandis que d’autres préfèrent consulter les tradipraticiens en cas de maladie. De ce fait, le Chef de l’Etat n’a pas manqué de sensibiliser les habitants d’Ambilobe à vacciner leurs enfants dans les centres de santé. Aussi, une clinique mobile fera le tour des fokontany et des communes enclavées, pour effectuer la vaccination et distribuer les kits de prise en charge aux malades ne pouvant pas accéder aux centres de santé. Le président de la République a également lancé un appel à toute la population à faire preuve de responsabilité en vue de stopper la prolifération de la maladie. A noter que depuis septembre 2018 jusqu’au 1er février dernier, 39.366 cas de rougeole ont été enregistrés dans 86 districts sanitaires sur les 114 touchés. Pour en finir avec l’épidémie, le Président a promis la vaccination gratuite contre cette maladie. Grâce à l’appui de l’Organisation mondiale de la santé et de l’UNICEF, 4 millions de doses de vaccins contre la rougeole, destinées aux enfants de 6 mois à 9 ans sont maintenant disponibles pour être acheminées dans différentes régions de l’île (Les Nouvelles, p. 8 ; Midi Madagasikara, p. 3 ; L’Express de Madagascar, p. 5 ; Free News, p. 3 ; Inona no Vaovao, p. 4). Lors de son passage à Ambilobe, le Président a promis de réaliser ses promesses de campagne, notamment la construction des routes reliant Ambilobe-Vohémar et Ambilobe-Diégo (Madagascar-Laza, p. 2). Moins d’un mois après son accession à la tête de la magistrature suprême, le Président Andry Rajoelina enchaîne les visites de proximité, souligne La Vérité, p. 3.

 

Communauté internationale

VALSE DIPLOMATIQUE AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Le ministre des Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina a successivement rencontré, hier à Anosy, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine, Yang Xiaorong, l’Ambassadeur de la Corée du Sud, Lim Sang-Woo, la Représentante permanente de la Commission de l’Union africaine à Madagascar, Hawa Ahmed Youssouf, et enfin le Chargé d’affaires américain par intérim Stuart Wilson. L’Ambassadeur chinois et le Chargé d’affaires américain par intérim ont effectué une visite de courtoisie au chef de la diplomatie malgache. L’Ambassadeur chinois Yang Xiaorong a tenu à souligner que cette visite a pour objet de renforcer davantage le partenariat gagnant-gagnant entre les deux pays, dans les domaines politique, économique, culturel, sportif et de l’éducation. De son côté, le diplomate américain Stuart Wilson se montre optimiste vis-à-vis de l’avènement du nouveau régime. Pour sa part, le diplomate sud-coréen a adressé ses messages de félicitations suite à la nomination du nouveau ministre des Affaires étrangères. Aussi, il a souligné que son pays est prêt à apporter son soutien à la croissance accélérée de Madagascar. Les axes de coopération entre Madagascar et la Corée du Sud tournent notamment autour de la conservation de la biodiversité, et de l’agriculture. A cet effet, la Corée du Sud entend injecter près de 6 millions de dollars pour démarrer un projet de conservation de la biodiversité et ce, pour une durée de 5 ans. Quant à la Représentante permanente de la Commission de l’Union africaine, Hawa Ahmed Youssouf, elle a expliqué que sa visite auprès du ministre malgache des Affaires étrangères a permis de faire le tour des projets en cours et le rôle de l’UA dans la Grande Ile. Hawa Ahmed Youssouf a exprimé sa fierté par rapport au bon déroulement des élections présidentielles qui, selon elle, est un exemple pour l’Afrique. Du reste, le prochain Sommet des chefs d’Etat de l’UA qui se tiendra du 10 au 11 février, ou encore la réunion du conseil exécutif des ministres des Affaires étrangères du continent africain, ont également été évoqués lors de la rencontre (Madagascar-Laza, p. 2).

 

Un peu d’humour

 

L’Express de Madagascar, p. 6