Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 8 mars 2019

Revue de presse du 8 mars 2019

La liste des candidats prétendants à l’Assemblée nationale est presque bouclée, relate les médias d’aujourd’hui. La grève du personnel de la Compagnie de distribution d’électricité JIRAMA intéresse toujours les médias, lesquels préfèrent donner la parole aux deux parties afin de mieux exposer la situation.

 

Processus électoral

 

COALITION PRO-REGIME : D’ANCIENS DEPUTES ECARTES

La coalition pro-régime a choisi de faire confiance à de nouvelles têtes. Bien que la liste des candidats de la coalition pro-régime en vue des élections législatives n’ait pas encore été bouclée, 80% des candidats au niveau des circonscriptions électorales dans tout Madagascar sont connus. Les 20% restants semblent encore dans le flou, dont les candidats de la coalition « Isika rehetra miaraka amin’i prezida Andry Rajoelina » dans les circonscriptions de Fianarantsoa-ville, Antsirabe, Antanifotsy et Vatomandry. Il semblerait qu’il soit difficile de trouver un consensus et/ou de départager les prétendants. Un entretien est prévu ce jour pour les candidats prétendants au niveau desdites circonscriptions électorales. Quoiqu’il en soit, cette procédure a fait des heureux et des frustrés qui, menacent même de se présenter sous une liste indépendante, commente Midi Madagasikara. Parmi les personnalités qui ont été écartées figurent d’anciens députés. Ne sont plus dans la liste, l’ex député Mamod’Ali Hawel à Morondava, l’ex députée Michelle Ratsivalaka remplacée par le Docteur Jocelyn à Tana I, ou encore Sayah, ancien député de Mandritsara qui selon le journal, a été fortement constestée par la population de sa circonscription durant la campagne électorale. De grandes figures de l’ancien régime qui a rallié le camp Orange ont également été écartées, à l’exemple de Harijaona Randriarimalala et Kathy Mananjary. La coalition a ainsi opté pour de nouvelles têtes et a laissé de côté les politiciens au niveau de certaines circonscriptions. Des artistes figureraient parmi les prétendants. Le chanteur Tsiliva occuperait la tête de liste à Morondava ; Jerry Marcoss dirigera la liste des pro-régimes à Antalaha. Et au niveau du 6ème arrondissement d’Antananarivo, la coalition a choisi Max, président du département TGV du 6ème arrondissement. En effet, pour ce qui est des six arrondissements de la capitale et au niveau des 6 chefs-lieux de provinces, les candidats sont déjà connus. À Majunga, le camp Orange a choisi de refaire confiance à l’ancienne députée Lalao Rahantanirina (Ninah), tandis que Jocelyne Rahelihanta aura la chance de briguer un second mandat au niveau de la Province d’Antsiranana. Aina Rafenomanantsoa (Anyah) représentera à nouveau le 3ème arrondissement, Lanto Rakotomanga le 2ème ; Naivo Raholdina le 5ème et le chanteur Rossy le 4ème arrondissement. Irma Naharimamy, la ministre de la Population devrait déposer sa démission prochainement car elle sera candidate du régime à Toamasina. Le questeur de l’Assemblée nationale, Siteny Randrianasoloniaiko arborera également les couleurs d’Andry Rajoelina à Fandriana. À Fort-Dauphin, la liste sera dirigée par Madame Idah qui est l’épouse du président de FOSA Junior, tandis que pour Ankazobe, ce sera le Dr Dera. Andry Ratsivahiny quant à lui sera candidat dans l’Atsimondrano et Doda Andriamiasasoa, ancien président par intérim de la Fédération malgache de football sera candidat à Manjakandriana. Alfred, président de l’équipe de foot Elgéco Plus sera le candidat du régime à Antsirabe II. Ce sont entre autres, les secrétaires nationaux du TGV-MAPAR et les chefs des partis membres de l’Alliance Républicaine de Madagascar qui prennent ensemble les décisions relatives à la formation de la liste de la coalition. Les partis Malagasy Miara-Miainga, le Parti Vert, le Freedom, le Liaraike et le Hiaraka Isika auront eux aussi des représentants dans la liste. Kaleta sera candidat à Fort-Dauphin et le journaliste Fetra Rakotondrasoa, membre du parti Freedom sera candidat à Miarinarivo. (p.4 ; Les Nouvelles, p.2 ; La Plume, p.3 ; Tia Tanindrazana, p.3) – Madagascar Matin Hebdo détaille la liste des candidats retenus, porte-étendards du camp présidentiel pour les députations du 27 mai. Le quotidien titre à cet effet : « vers un triomphe évident de la plateforme présidentielle » et parle d’une promotion de la jeunesse. (p.4-5)

 

JEAN RATIHARISON : CANDIDAT A LA DEPUTATION 2019

Le président de l’association Zà Gasy, Jean Ratiharison s’est déclaré prêt à affronter les élections législatives du 27 mai prochain. Il s’est présenté candidat indépendant, soutenu par sa propre association. Il a ainsi déposé officiellement sa candidature, hier, auprès du bureau de l’Organe de vérification et d’enregistrement des candidatures (OVEC) du 2ème arrondissement de la capitale, à Andohanimandroseza. « Rien ne m’empêche d’être candidat aux législatives du 27 mai. L’heure est venue pour les jeunes d’assumer leurs responsabilités. J’ai rempli tous les critères requis et j’ai déposé un dossier complet. Il a également présenté les grandes lignes de son programme et prévoit de présenter 15 propositions de lois en faveur du social et de la population. Éducation gratuite pour tous les malgaches, accès à l’eau potable et égalité de traitement en termes de santé publique font parties desdites propositions. (Madagascar-Laza, p.3 ; Tia Tanindrazana, p.2)

 

UNE JOURNALISTE CANDIDATE AUX ELECTIONS LEGISLATIVES

Fy Andrianarison a déposé son dossier de candidature à la députation du 27 mai prochain pour la circonscription électorale d’Ambohidratrimo, aujourd’hui. Pour elle, « il est temps que les jeunes reprennent les rails. En tant que femme, je suis convaincue qu’on a le droit et le devoir d’apporter nos compétences pour le développement du pays. » Originaire d’Ambohidratrimo, elle a grandi au sein du district d’Ambohidratimo Marovatana. Elle est ainsi prête à écouter les besoins de la population et à devenir leur messager au Parlement. (La Gazette de la Grande île, p.9 ; Inona no Vaovao, p.5)

 

Foyers de tension

 

GREVE DE LA JIRAMA : NE PAS S’EN TENIR À UN SEUL SON DE CLOCHE !

Une vingtaine de grévistes au sein de la JIRAMA a été aperçue au département technique de Soanierana dans la matinée d’hier. En fait, l’Intersyndical avait prévenu que la forme de sa grève pourrait aller jusqu’à la coupure de l’eau et de l’électricité, car il n’y aurait plus de personnel pour assurer l’approvisionnement, en raison de son action. Ils ont incité dans ce sens, bureau par bureau, mais les réponses obtenues laissent déduire que Haja Maminirina, un des leaders du Syndicat autonome des travailleurs (SAT) de la JIRAMA, est quelque peu désavoué. Et pour cause, les employés ne sont pas sortis pour le suivre et il n’y eut pas de coupure dans la capitale. Et les régions n’ont pas été séduites non plus, car aucune plainte de coupure n’a été enregistrée et les employés ne sont pas descendus dans la rue. Haja Maminirina persiste sur le départ du Directeur général, évoquant une mauvaise gestion et des licenciements abusifs d’employés. La réplique de la JIRAMA quant à elle, révèle que la grève ne revêt aucun caractère collectif, mais a un aspect purement individuel, à la suite de la rupture de contrat d’un leader syndical, le 6 novembre 2018. Par conséquent, poursuit la JIRAMA, l’intérêt collectif n’est pas justifié. Le directeur général de la JIRAMA, Olivier Jaomiary indique qu’une note a été parvenue auprès de deux représentants de chaque syndicat (Fisema, Fisemare, Malay Misaraka, SAT Jirama, SEMM, SRMM, SEREMA, USAM, TM et SM), à venir assister à une réunion avec la Direction générale, lundi. Pour le ministre de l’Énergie, Vonjy Andriamanga, la résolution de la crise ne sera possible qu’autour d’une table. Dans ce contexte, L’Express de Madagascar parle d’une main politique qui continuerait de tirer les ficelles de ce mouvement. (p.5 ; Free News, p.6 ; Tia Tanindrazana, p.2) Midi Madagasikara titre « Les abonnés, victimes collatérales » et affirme que les usagers de la société JIRAMA risquent de broyer du noir et de se noyer dans une goutte d’eau, touchant mot à la déclaration de l’intersyndicale de la compagnie qui n’exclut pas des mesures radicales. (p.5) – Madagascar-Laza détaille les « raisons de maintenir le DG à son poste » et soutient qu’il ne faut pas se contenter d’un seul son de cloche. Ainsi, d’après le quotidien, la Direction générale suit à la lettre le plan de redressement de la JIRAMA, approuvé par le gouvernement et les bailleurs de fonds. Le quotidien a ensuite évoqué la grève avortée des employés hier. Haja Maminirina d’expliquer que les employés se sont bel et bien donnés rendez-vous en nombre à l’endroit choisi, mais que le site a vu le déploiement massif des forces de l’ordre ayant interdit l’accès du bâtiment aux manifestants et les empêchant d’utiliser la sonorisation. Il a d’ailleurs, déploré le « recours à l’intimidation » dont les membres des différents mouvements syndicaux de la JIRAMA ont fait l’objet. (p.7) Dans les colonnes de Les Nouvelles, le « DG répond aux grévistes », soulignant que ce n’est pas la première fois que ces syndicalistes font une grève alors que leur porte-parole (ndlr : Haja Maminirina) est un membre du Conseil d’administration. Ensuite, il précise que son recrutement et celui de certains directeurs sont passés par des appels à candidature ouverts et publiés dans les journaux et effectués sous la supervision de la Banque Mondiale et d’un cabinet de recrutement. Une grande première car auparavant, les nominations relevaient des nominations politiques. (p.17) – Inona no Vaovao soutient que l’intersyndicale prend en otage les usagers en particulier et l’ensemble de la population en général, à travers sa déclaration de couper l’eau et l’électricité dans le cadre de sa manifestation. (p.4)

 

Un peu d’humour

La Gazette de la Grande île, p.5