Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 11 mars 2019

Revue de presse du 11 mars 2019

Dernière ligne droite pour le dépôt de candidature de ceux qui souhaitent s’aligner aux prochaines courses à l’Assemblée Nationale. Les noms des candidats des grands partis commencent à être révélés. La Commission Electorale Nationale Indépendante informe cependant, que le nombre de dossiers déposés n’atteint pas la centaine.

 

Processus électoral

 

LEGISLATIVES : FAIBLE PARTICIPATION DES CANDIDATS

A une journée de la date limite du dépôt de candidature pour les élections législatives, le nombre de candidatures déposées auprès des Organes de Vérification et d’enregistrement des Candidatures n’a pas encore atteint la centaine. Dans tout le pays, ils sont quatre-vingt-huit à avoir déposé leurs dossiers, d’après les informations émanant de la CENI hier à 17h. Parmi eux, soixante-deux sont indépendants et vingt-six issus de partis. Toutefois, une augmentation a été constatée par rapport à la semaine dernière. A ce rythme, des circonscriptions risquent d’être privées de représentants. Cette situation est quand même inquiétante face aux enjeux politiques, commente L’Express de Madagascar, qui titre à la Une : « Pénurie de candidats ». Cependant, d’après les analyses du juriste Herilaza Imbiki : « Le silence des partis politiques depuis la période de dépôt de candidature peut s’expliquer par une stratégie électorale de chaque camp. Peut-être que chaque formation attend la dernière heure pour présenter les candidats. » Quoi qu’il en soit, le délai est jusqu’à présent maintenu, aucun report n’est prévu. Dans le cas où le nombre de candidat n’est pas proportionnel au nombre de sièges à Tsimbazaza, « La logique serait de rallonger la date de réception de dossier puisque les textes électoraux ne prévoient pas les dispositions à appliquer à ce genre de problématique. Mais cela ne signifie pas le report de la date des élections prévues pour le 27 mai », a poursuivi Herilaza Imbiki. (p.5). La Plume s’est enquise de l’avis de l’analyste politique Toavina Ralambomahay. Il estime que « le risque que des circonscriptions ne soient pas représentées existe. Le faible taux de représentation entraînerait un faible taux de participation durant le jour du scrutin. Les citoyens ne sont pas encartés dans les partis politiques. Les thèmes de campagne ne sont pas connus. Les citoyens ne se sont pas coalisés pour présenter des candidats d’opposition. Il n’y aura donc pas d’affrontement électoral. Il y a plutôt une course à la collaboration avec le régime. Avec un tel schéma, la motivation ne sera pas au rendez-vous. Les textes n’ont pas prévu que le nombre de député requis ne serait pas atteint. Franchement, je ne sais pas ce qui va se passer en pareil cas. Il se pourrait que l’élection soit refait, ou pas », a indiqué Toavina Ralambomahay. (p.2) « Où sont partis les quelque 200 partis politiques ? », se demande Free News. On a vu toutes sortes de partis « minuscules » dont on ne connaissait même pas l’existence lors de la présidentielle, analyse le journal, mais ils ne sont pas nombreux à s’aligner aux prochaines législatives. Quoi qu’il en soit, on s’attend à un duel entre les grands partis. L’enjeu est important car c’est la majorité parlementaire qui proposera le nom du Premier ministre, conclue le quotidien. (p.3)

 

Dynamique politique

 

ANDRY RAJOELINA : PREMIERE VISITE D’ETAT A MAURICE

Une forte délégation malgache dirigée par le Président Andry Rajoelina se trouve à Maurice actuellement. Le ministre des Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina ; le ministre de la Défense nationale, Richard Rakotonirina, le ministre du Commerce, de l’Industrie  et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala ; le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy et enfin celle de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Félicitée Rejo-Fienena font partie de cette délégation, ainsi que le Secrétaire général de la Présidence Valery Ramonjavelo ; le Directeur de cabinet Stéphanie Delmotte et le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de Madagascar à Maurice, Rasamizafy. Ils ont été accueillis par une délégation mauricienne conduite le Premier ministre Jugnauth. Ceci est le premier déplacement du Chef d’Etat malgavhe depuis son investiture au mois de janvier. (Midi Madagasikara, p.2) (La Plume, p.3) (Tia Tanindrazana, p.3). « Que ce jour marque un  nouvel élan dans la coopération entre Madagascar et l’île Maurice » a annoncé Andry Rajoelina hier. Ainsi, les trois jours que la délégation malgache passera en terre mauricienne seront l’occasion de se positionner sur la coopération bilatérale entre la Grande Ile et sa voisine. Andry Rajoelina sera également l’invité d’honneur de la célébration du 51ème anniversaire de l’indépendance de Maurice. Il a assistera également au Forum économique organisé par l’Economic Development Board. Une visite d’une usine de transformation de canne à sucre est aussi prévue ce jour. (L’Express de Madagascar, p.2) (Les Nouvelles, p.2) (La Vérité, p.3) (Madagascar Laza, p.3) Andry Rajoelina souhaiterait appliquer la formule gagnante de l’île Maurice à Madagascar, selon les estimations de La Gazette de la Grande Ile. En effet, le dynamisme mauricien est un modèle. Le taux de croissance est élevé, tandis que la démographie, le taux d’inflation, la dette publique et le taux de chômage sont maîtrisés. Même si la population mauricienne a des choses à reprocher à ses dirigeants, ils sont tous animés et motivés par une culture de progrès et de l’excellence. Et c’est cette mentalité positive qui explique en partie l’émergence de Maurice. (p.5) A la fin des formalités protocolaires hier, le convoi du Président Andry Rajoelina a pris le départ pour se rendre à la résidence officielle du Chef d’Etat par intérim mauricien, Paramasivum Pillay Vyapoory pour une visite de courtoisie. (Free News, p.2) Andry Rajoelina n’a pas manqué d’évoquer les îles Eparses hier, rapporte Madagascar-Tribune.com. « Le triomphe de votre combat (pour la restitution de l’archipel des Chagos, ndlr), nous sert d’exemple de courage et renforce notre volonté à mener le même combat pour la restitution des Iles Eparses à Madagascar », a-t-il déclaré lors de sa rencontre avec le Président mauricien intérimaire, Paramasivum Pillay Vyapoory. La question est maintenant de savoir si la déclaration d’Andry Rajoelina reflète-t-il réellement de sa volonté. En effet, étant donné l’affinité d’Andry Rajoelina avec la France, Madagascar-Tribune.com se demande jusqu’où peut-il aller et osera-t-il un grand pas et formuler officiellement l’application d’une décision de l’Organisation des Nations Unies qui attribue les Iles Eparses à Madagascar, et risquer ainsi de brouiller ses relations avec la « Mère Patrie » ? (https://www.madagascar-tribune.com/Andry-Rajoelina-evoque-les-iles-eparses.html)

 

LES CANDIDATS TIM-K 25 ONT DEPOSE LEURS CANDIDATURES

C’est désormais officiel, Emilien Ramboasalama se trouve à la tête de la liste des candidats députés du TIM-K25 dans le IVème arrondissement de la capitale. Il a été 1er Adjoint au Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, et a remporté les primaires organisés par le parti TIM. Sa candidature a été déposée samedi dernier auprès de l’OVEC du IVème arrondissement. Le même jour, ceux qui figurent sur la liste ont été présentés aux membres du TIM dans la circonscription. Une opportunité pour Emilien Ramboasalama de souligner qu’il n’y a qu’une seule liste TIM-K25 dans cet arrondissement. En outre, Hanitra Razafimanantsoa préside la liste du 1er arrondissement. (Midi Madagasikara, p.2). Stanislas Randrianarisoa a aussi été maintenu en tête de liste dans le IIIème arrondissement. (Les Nouvelles, p.3). Alain Ratsimbazafy sera le candidat du TIM dans le district d’Atsimondrano. Il est un fidèle partisan du parti de l’ancien Président Ravalomanana et Maire d’Ambohijanaka-Atsimondrano depuis 12 ans. Par ailleurs, Fetra Ralambozafimbololona a également déposé son dossier de candidature auprès de l’OVEC du Vème arrondissement. (Tia Tanindrazana, p.2-3) (Madagascar-Laza, p.3)

 

DES REBONDISSEMENTS AU SEIN DU PARTI AU POUVOIR

Les législatives risquent d’être riches en rebondissement : des candidats se bousculent au portillon mais n’obtiennent pas l’aval de leur parti, introduit Les Nouvelles. C’est le cas de l’ancien député du 5ème arrondissement, Naivo Raholdina. En effet, le choix de « Isika Rehetra Miaraka amin’ny Prezidà Andry Rajoelina » au niveau de cette circonscription s’est porté sur Jean François Raharijaona. Mais Naivo Raholdina compte se présenter à sa propre succession. Du coup, deux candidats du camp Orange seront en lice dans le 5ème arrondissement. En quelque sorte, l’IRD n’a pas cautionné la candidature de Naivo Raholdina. Pour sa part, le nom de Michelle Ratsivalaka a aussi circulé mais d’après les dernières informations, elle a fait savoir qu’elle n’a pas postulé auprès du MAPAR. (Les Nouvelles, p.3). Concernant les candidatures du 5ème arrondissement, Madagascar-Laza tient une autre version des faits. Lee journal précise que Jean François Raharijaona, président du parti TGV dans le Vème arrondissement se présentera à titre indépendant mais sa candidature est soutenue par l’IRD. Il s’opposera ainsi à l’ancien député Naivo Raholdina qui portera les couleurs de la même plateforme. Lors de l’annonce officielle de sa candidature pendant la cérémonie de présentation de vœux du parti TGV-MAPAR au Cercle Mess de Fort-Duchesne, Jean François Raharijaona a indiqué qu’il ne s’opposera pas à la décision de la plateforme. « Je me suis déjà entretenu avec les bases. J’ai pris la décision de concourir aux législatives en répondant à la demande des partisans de base », a-t-il souligné. (p.2) (Free News, p.3). Inona no Vaovao atteste que le fait que le TGV n’ait pas présenté Jean François Raharijaona a déclenché une déception auprès des partisans de ce dernier dans le Vème arrondissement, après sa fidélité au sein du parti. Toutefois, ce membre du Conseil municipal de la CUA a décidé de déposer sa candidature suite aux demandes des habitants de l’arrondissement, rapporte le journal. (p.2)

 

L’UNDD ALIGNE DES CANDIDATS AUX LEGISLATIVES

Après un long silence, le parti fondé par l’ancien Chef d’Etat feu Professeur Albert Zafy revient dans la cours politique. Un Conseil national se tiendra à Antananarivo prochainement. Selon les précisions du Président national de l’UNDD, Emmanuel Rakotovahiny, la date va être fixée après la réunion du staff du parti. La position du parti aux prochaines élections et sa réorganisation seront certainement discutées. Dans tous les cas, il est déjà connu que Jaomalaza Richard Zafy, le fils cadet du fondateur du parti est candidat à Ambilobe lors des prochaines législatives. D’autres militants sont également en train de boucler leurs dossiers de candidature. « Il est temps de rassembler les partisans du feu Professeur Zafy, qu’ils soient membres de l’UNDD ou non, autour d’une plateforme », a annoncé Emmanuel Rakotovahiny. Ce dernier a aussi émis ses avis concernant la situation politique actuelle : « Je constate surtout que la lutte contre la corruption menée à pas de charge ces derniers temps, est perçue positivement par la grande majorité. Nous soutenons toute action de ce genre. Un bon programme ou projet de société sans l’adhésion de la population ne donnera rien. Or, tant que l’impunité et l’injustice engendrées par la corruption à toutes les échelles de la vie nationale règnent, vous n’aurez jamais l’adhésion de la population. Les actions du gouvernement Christian Ntsay pour mettre fin à l’impunité donnent de l’espoir à la population et aux investisseurs nationaux ainsi que les étrangers. Il est temps de se mettre au travail et beaucoup restent à faire dans de nombreux domaines », a indiqué le Président national de l’UNDD. (Midi Madagasikara, p.3) (La Plume, p.3)

 

UNE DIZAINE DE CANDIDATS POUR LE TAMAMI

Le parti TAMAMI participera également aux courses législatives. Il alignera une dizaine de candidats répartis dans différentes circonscriptions d’Analamanga et Boeny. Sa candidate à Mahajanga II, qui n’est autre que sa Vice-présidente, a déposé son dossier samedi dernier. Pour la première fois, le parti participe activement dans le processus électoral. Ses candidats viennent de différents secteurs : des paramédicaux, des chefs fokontany et des opérateurs économiques. Si dernièrement, Floriot Samiary a toujours revendiqué la place de chef de file de l’opposition ; cette fois-ci, son parti espère obtenir quelques sièges afin de former un groupe parlementaire. (Madagascar-Laza, p.2)

 

CHRISTIAN RAOELINA CANDIDAT A ARIVONIMAMO

Christian Raoelina a confirmé sa candidature aux élections législatives lors de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes organisée par l’association « Firaisan-kina ». Soutenu par cette association, il se présentera à titre indépendant. Il prévoit d’apporter sa contribution au développement du district d’Arivonimamo. (Madagascar-Laza, p.2)

 

LE MAIRE DE SABOTSY NAMEHANA CANDIDAT AUX LEGISLATIVES

L’actuel Maire de la commune de Sabotsy Namehana se porte candidat pour obtenir un siège à la Chambre Basse, avec le soutien de KMRA ou « Komity Miaro ny Rariny Avaradrano ». « Je suis Maire de la commune Rurale de Sabotsy-Namehana depuis 2007 à ce jour. Il est temps d’apporter mes compétences à la députation comme porte-parole du district d’Avaradrano », a fait savoir Avotraina Andriamosa. Il a déjà déposé sa candidature le 7 mars dernier sous le parrainage de l’association « Avotantsika Avaradrano » et ce fut samedi dernier que le KMRA a décidé de le soutenir. (Madagascar-Laza, p.3)

 

80 CANDIDATS PORTERONT LE FANION DU VTT

La plateforme « Vondron’ny Tia Tanindrazana » fondée par l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina et l’ancien ministre Tabera Randriamanantsoa alignera 80 candidats aux prochaines législatives. « Nous avons déjà bouclé la liste des candidats. La plateforme présentera des candidats communs dans les 80 districts où les partis et les associations membres de la plateforme sont influents », a expliqué le Président national du parti Kintana, Tabera Randriamanantsoa. La VTT a établi des critères pour choisir les candidats qui porteront ses couleurs aux législatives. « La première mission  de l’Assemblée Nationale est de voter des lois. Nous exigeons aux futurs députés la compétence en matière de législation. Le respect de la discipline du parti est également l’un des critères exigés afin d’éviter le nomadisme politique », a enchaîné l’ancien ministre. (Madagascar-Laza, p.3)

 

VENTE DES TERRAINS DE LA COMMUNE D’ANTANANARIVO : DIX PERSONNES CONVOQUEES AU PARQUET CE JOUR

Le lundi 4 mars dernier, les responsables auprès du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics sont venus avec un huissier pour ordonner la suspension des travaux sur le chantier à Antaninarenina en face de l’hôtel Le Pavé. Cette interdiction a été décidée suite aux réactions des citoyens ainsi que l’intervention des responsables étatiques face à la vente illégale de ce terrain. Mais malgré cet ordre de suspension, les travaux se sont encore poursuivis le 7 mars dernier, selon le constat fait par les responsables du ministère de tutelle qui ont fait une visite inopinée sur les lieux. Ces responsables ont immédiatement fait appel à la Police de l’Aménagement du Territoire ainsi qu’à un huissier de Justice. Une plainte sera déposée, a fait savoir le ministère pour que le site soit scellé et pour que tous les travaux soient bel et bien suspendus. Une enquête sera également ouverte pour découvrir qui se trouve derrière ces travaux qui se poursuivent malgré l’interdiction. Le patrimoine du peuple doit revenir au peuple, a soutenu le ministère. Toutes les ventes illégales de terrain à des privés devront être annulées. Selon les dernières informations, les signataires de ces contrats de vente sont actuellement poursuivis en justice. Dix personnes ont été convoquées au Parquet la semaine dernière. Certains d’entre eux, dont l’ancien président du Conseil Municipal, n’ont pas répondu à l’appel. Aujourd’hui, dix personnes sont encore attendues à Anosy. Elles sont impliquées dans la vente du jardin d’Antaninarenina et du terrain de l’EPP Analamahitsy. Par ailleurs, le terrain en face de l’EPP Behoririka, qui a déjà suscité une manifestation fait aussi l’objet d’une enquête. Tout comme ce qui se passe à Antaninarenina, les travaux s’y poursuivent malgré la suspension ordonnée par les responsables étatiques, rapporte Midi Madagasikara (p.4) L’ancien président du Conseil Communal, Lalaina Bethnès fait partie de ceux qui seront déférés au Parquet d’Anosy ce jour. Des hauts responsables risquent également d’être impliqués étant donné que de telles transactions ne peuvent pas être effectuées par de simples citoyens. (Les Nouvelles, p.3)

 

Un peu d’humour

La Gazette de la Grande Ile, p.5