Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 10 mai 2019  

Revue de presse du 10 mai 2019   

 

Le président de la Commission électorale du district d’Ihosy a été placé sous mandat de dépôt. L’information retient l’attention des médias du jour. En parallèle, la Commission Electorale Nationale Indépendante est déterminée à prendre des mesures contre les infractions commises par les candidats. Par ailleurs, la Journée de l’Europe fait également partie de la couverture des médias d’aujourd’hui.

 

Foyers de tension électorale

 

UNE FRAUDE SUR LA LISTE ELECTORALE DEVOILEE A IHOSY

Le président de la Commission électorale du District (CED) d’Ihosy a été placé sous mandat de dépôt le mardi 7 mai. Une information confirmée par l’organe en charge de l’organisation des élections. Ce premier responsable de démembrement de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans la circonscription d’Ihosy est impliqué dans une affaire de fraude au cours de la période d’ouverture du recensement annuel de la liste électorale au niveau des fokontany. D’après Fano Rakotondrazaka, Rapporteur général de la CENI, des listes fictives ont été constatées au cours de la vérification après l’arrêtage du 28 février. Des noms d’électeurs non enregistrés dans la circonscription de base ont été inscrits dans le registre. D’après une source, une enquête a été ouverte suite à une plainte déposée par un ancien député, originaire du district d’Ihosy. Cependant, d’autres doléances se font entendre, soutient L’Express de Madagascar. Un candidat indépendant sous couvert d’anonymat a ainsi confié que « d’autres candidats sont de mèche avec le président de la CED dans cette affaire de fraude sur la liste électorale. Selon l’information qui circule depuis le déclenchement du processus électoral, l’idée est de détourner les résultats électoraux pour décrocher la victoire ». Après ce constat de fraude, certains observateurs doutent de la transparence du processus électoral, notamment au niveau du traitement des résultats électoraux, commente le journal (p.5; Midi Madagasikara, p.2; Madagascar-Laza, p.2; Inona no Vaovao, p.2; Tia Tanindrazana, p.3) De manière plus precise, le responsable de CED aurait marchandé l’inscription de plusieurs noms d’individus dans la liste électorale. Il aurait ainsi proposé à des candidats, ces noms de personnes fictives, soit des électeurs fantômes. (Madagascar-Laza, p.2). Le president de CED a introduit dans la liste électorale, 2000 électeurs fictifs. (Midi Madagasikara, p.2)

 

DES CANDIDATS AUX LEGISLATIVES ENFREIGNENT LES LOIS ELECTORALES

Le manque de transparence dans le financement de la campagne électorale suscite des réactions actuellement. Le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, déplore que le cadre juridique régissant les élections à Madagascar reste muet quant aux sanctions qu’encourent les candidats qui ne se conforment pas à cette obligation de transparence dans la gestion des fonds de campagne. Les constats révèlent que l’argent commence à faire parler de lui en cette période de campagne électorale. Les candidats financièrement puissants se démarquent petit à petit de leurs concurrents. Par ailleurs, jusqu’à hier, sur les 810 candidats en lice, seuls 360 ont désigné leurs trésoriers de campagne, une procédure permettant pourtant aux autorités compétentes de contrôler la traçabilité des fonds utilisés durant la propagande. Thierry Rakotonarivo a ajouté que « Nos lois électorales n’imposent aucun délai pour la désignation de ces trésoriers de campagne. Les candidats qui ignorent cette obligation n’encourent pas de disqualification ». Il a par la suite confirmé que des responsables de la CENI au niveau de ses démembrements font également l’objet des pressions politiques exercées par les candidats qui occupent un statut particulier dans cette course à l’Assemblée nationale. Il faut savoir qu’en ce quatrième jour de campagne, les candidats auront encore seize jours pour convaincre les électeurs à voter pour eux. Et les candidats indépendants, financièrement puissants, s’imposent dans certaines circonscriptions électorales face à ceux présentés par les grands partis politiques, constate Midi Madagasikara. Le journal d’indiquer qu’on s’achemine vers l’entrée à l’Assemblée nationale d’un grand nombre de députés « électrons libres », comme c’était le cas durant la précédente législature. La question qui se pose, conclut le quotidien, est donc de savoir si, avec la percée des indépendants sur le terrain de la campagne, le parti au pouvoir arrivera à avoir une majorité stable qui lui permettra de mettre en œuvre la politique générale de l’État et la plan pour l’Émergence de Madagascar. (p.2; Tia Tanindrazana, p.2)

  • « Des candidats mis en demeure » titre Madagascar-Laza, insistant sur le fait que la CENI est déterminée à ne tolérer aucun abus et infraction aux règles. Ainsi, la CENI a pris des mesures relatives à des irrégularités constatées durant ces quatre premiers jours de campagne électorale. Les démembrements de la CENI dans les Districts avaient adressé des lettres de mise en demeure aux candidats ayant enfreint les textes légaux des campagnes électorales. De l’avis de Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI, six jours après l’envoi de ces lettres de rappel, la CENI compte prendre les mesures qui sont prévues par la loi organique relative aux élections et référendum. « La plupart de ces irrégularités concernent les affiches apposées dans des endroits interdits. Il est d’ailleurs très surprenant de voir que les endroits réservés à ces affichages électorales dans les fokontany ne sont pas utilisés par les candidats », explique-t-il. Parmi les irrégularités constatées, la CENI a également évoqué l’utilisation des prérogatives publiques. Il y aurait un ou des candidats qui ne sont pas encore en règle vis-à-vis de leur position d’autorisation spéciale d’absence. (p.7)

 

Processus électoral

 

FORMATION DE 419 REPRESENTANTS DE PARTIS ET DE CANDIDATS INDEPENDANTS

L’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA) organise une série d’ateliers de formation des formateurs des délégués des partis et/ou candidats dans les bureaux de vote, en vue des élections législatives du 27 mai 2019 à Madagascar et ce, entrant dans le cadre du Projet Africa Democracy Strengthening (ADS IV), financé par l’Agence de Développement international de la Suède (SIDA) avec la collaboration de la CENI. Ces ateliers se sont déroulés dans les six chefs-lieux de provinces et ont démarré respectivement les 2 et 3 mai pour les provinces de Toamasina, Toliara et Fianarantsoa, et les 6 et 7 mai pour Antsiranana. Les provinces de Mahajanga et Antananarivo clôtureront cette série les 9 et 10 mai. Ces sessions d’information, de partage d’expériences et de renforcement de compétences en observation partisane des élections, ont permis de former un total de 419 représentants des entités politiques et candidats indépendants, issus des 119 districts. L’objectif de cette formation étant de mettre à la disposition des partis politiques et des candidats, un corps de formateurs qu’ils pourront mobiliser à l’occasion des élections législatives. Spécifiquement, l’atelier vise entre autres, à informer les partis/candidats du cadre légal régissant les élections législatives pour leur permettre d’identifier les droits et devoirs qui leur reviennent, y compris en matière de contentieux ; et leur proposer un ensemble d’outils et de stratégies en matière de surveillance partisane des élections. Tous les partis politiques ont eu un représentant pour chaque province, tandis que les candidats indépendants ont été appelés à désigner un représentant au niveau du district pour lequel, ils ont déposé leur candidature. Outre l’expertise de l’EISA, les commissaires électoraux, les techniciens de la CENI, les représentants du Bureau Indépendant Anti-Corruption sont également intervenus au cours des sessions de formation. (Midi Madagasikara, p.2; Madagascar-Laza, p.3; Les Nouvelles, p.2; Free News, p.3)

 

LES DISTRICTS PREPARENT LES LEGISLATIVES

Les employés des démembrements de la CENI suivent une formation en cascade actuellement. Il s’agit d’organiser les législatives où les résultats sont exacts et fiables. Ainsi, depuis mardi, les responsables de l’organisation et de la tenue des élections du 27 mai prochain dans tout Madagascar sont tour à tour en formation dans les chefs-lieux des communes du district d’Ambatondrazaka. Il s’agit de mettre au point l’organisation des élections du point de vue des règles et de la loi électorale régissant l’ensemble des opérations nécessaires au vote. (L’Express de Madagascar, p.22)

 

 

 

Dynamique politique

 

REPONSE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A RIVO RAKOTOVAO

Le ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy a répondu à la lettre ouverte adressée par le président du Sénat, Rivo Rakotovao, lequel a interpelé le ministre à prendre ses responsabilités face à ce qu’il appelle « une censure » des informations relatives au Sénat dans les médias publics. Le président du Sénat évoque l’existence d’un ordre « venant d’en haut » pour interdire d’antenne, la deuxième institution de la République. Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy a balayé les thèses étayées par Rivo Rakotovao. Sa version rapporte le volume d’informations qui arrive chaque jour au desk des chaînes audiovisuelles nationales, qui ne leur permet pas de traiter régulièrement chaque jour, et de diffuser toutes les informations le même jour. 30 à 40 informations et communications institutionnelles arrivent quotidiennement au desk, souligne la lettre. Elle soutient par ailleurs qu’elle sera toujours le défenseur de la liberté de presse et d’expression dans le pays. (Madagascar-Laza, p.4)

 

Communauté internationale

 

JOURNEE DE L’EUROPE : POUR UN PARTENARIAT GAGNANT-GAGNANT

À l’occasion de la Journée de l’Europe, célébrée hier à Tsarasaotra, Naina Andriantsitohaina, ministre malgache des Affaires étrangères a déclaré : « L’opportunité m’est aussi aujourd’hui offerte de rappeler que le respect de la dignité humaine, la justice, la démocratie et l’État de droit, valeurs chères à l’Union européenne, font pleinement partie de celles auxquelles le peuple malgache est attaché. Nos relations ne se sont donc pas construites uniquement sur la base de considérations politiques, économiques ou sur une simple coopération. Ou même sur des leçons qu’on se donnerait. Nos relations vont bien au-delà, nous partageons des valeurs et des idéaux ». Un discours qui donne une primeur sur le ton de la Lettre de politique étrangère qui sera rendue public, à entendre le ministre. Il a ainsi, de l’avis de L’Express de Madagascar, renforcé la position du président de la République, qui est inscrite dans le document Initiative pour l’émergence de Madagascar ainsi que dans la politique générale de l’État. « Dans les relations de Madagascar avec ses partenaires techniques et financiers, la logique de partenariat est privilégiée à la place d’une logique d’assistanat. Le partenariat gagnant-gagnant dans le respect mutuel doit dorénavant primer », poursuit le ministre. De son côté, Giovanni Di Girolamo, Ambassadeur de l’Union européenne partage également cette position. « Madagascar est un pays souverain. Il faut dépasser les positions du passé en tant que donneur de leçons. Nous proposons la coopération, des techniques, mais il appartient au pays de l’adopter ou non ». Et de noter que « Le moment est opportun car le pays a hérité de cinq années de stabilité politique et vient de prouver qu’il est possible de faire une élection dans les règles démocratiques. » (p.5 ; Madagascar-Laza, p.3 ; Les Nouvelles, p.2 ; Le Quotidien, p.3 ; Freenews, p.5 ; Tia Tanindrazana, p.4)

 

Format de couverture

  • À la page 2 de Madagascar-Laza, une ½ page est dédiée à la propagande électorale de la candidate aux législatives Lanto Rakotomanga.
  • À la Une de Le Quotidien, un bandeau appelant à voter pour les candidats TIM-K25 est présent tandis qu’en page 5, un bandeau sensibilisant à l’acte de « voter » est placé en bas de la page.

 

Style et déontologie

 

Free News, dans sa Tribune libre, fait état de « Désinformation : l’arme des désespérés » et pointe du doigt les « poulains de celui qui se surnomme « dada » qui d’après l’auteur, s’en remettent à une fâcheuse manie : semer la confusion par la propagation de fausses informations. De fait, les qualificatifs fusent entre « médiocres », « lamentable intellect », « meute de faiblards, addicts des anciennes pratiques », ou autres expressions du style : « le tristement célèbre MAP, illusion, mirage et arnaque du siècle (…) » ; « au laitier-charlatan et à ses remèdes miracles en trompe-l’œil », « ces oiseaux de mauvais augure », « les ragots, bobards et autres billevesées (…) », « messire Ra8 », « (…) et dire que sa place au musée des dinosaures est vacante depuis belle lurette… » Ces commentaires s’adressent semble-t-il à Marc Ravalomanana. (p.8)

 

Un peu d’humour

Les Nouvelles, p.2