Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Farimbona N°12 préparons-nous pour les élections législatives

RESUME DE L’EMISSION N°12

 « Préparons-nous pour les élections législatives ! »

Période de production :  Mars 2019

Intervenants :

- Monsieur RAKOTONARIVO Thierry : Vice-Président de la CENI

Monsieur RALAMBOMAHAY Toavina: Analyste politique

 

PARTIE I :

« Rappeler les différents textes électoraux particulièrement pour les législatives »

  • Quels sont les points de l’élection présidentielle que nous retrouverons durant les législatives ?
  1. Ce sont des élections par suffrage universel direct 
  2. Le tribunal qui régit est le même : la HCC
  3. Ces élections sont complémentaires car les résultats de la législative qui va assurer la mise en œuvre du programme IEM du Président élu à la présidentielle.

 

  • Quelles sont par contre les différences sur lesquels nous devons prêter attention ?
  1. La circonscription électorale est différente : le présidentielle est niveau national ; la législative est au niveau de chacun des 119 districts.
  2. La durée de chaque processus électoral n’est pas le même : Exemple (la durée de la période de campagne durant la présidentielle a été de 30 jours ; pour la législative, ce sera pour une durée de 21 jours.) La durée de traitement des résultats est plus longue pour la législative.
  3. L’entité en charge de la proclamation officielle de la liste définitive des candidats est différente : lors de la présidentielle, ç’est le HCC qui a fait la proclamation. Pour la législative, cette responsabilité revient à la CENI.
  4. Le candidat à la législation est en général originaire du district où il se présente comme candidat.

 

  • Pouvez-vous nous rappeler les grandes étapes et dates à retenir pour les législatives?

 

  • 27 mars 2019 : diffusion de la liste contenant le nombre et les localisations des bureaux de vote
  • 27 avril 2019 : Diffusion de la liste des responsables de bureau de vote
  • 03 mai 2019 : Arrivée des bulletins électoraux au nombre de 10 500 000 venant d’Afrique du Sud
  • 06 mai (6h00) – 25 mai 2019 (24h00) : Période de la campagne électorale
  • A partir du 06 mai 2019 : Répartition des bulletins au niveau des districts
  • 15 mai 2019 : Arrêtage définitif de la liste électorale
  • 27 mai 2019 : Jour de l’élection législative
  • Au plus tard le 17 juin 2019 : Proclamation provisoire des résultats de l’élection législative

FIN DE LA PREMIERE PARTIE

 

PARTIE II :

« Rappeler les devoirs et fonctions d’un parlementaire »

 

  • Qu’est-ce que l’assemblée nationale et ses fonctions?

L’Assemblée nationale est un lieu où on trouve les députés. Ils élaborent des lois, pilier de la constitution d’un gouvernement mais aussi de sa destitution. Il y a une partie où ils peuvent aussi destituer le Président de la République. A l’étranger, ce sont en générale les parlementaires qui deviennent des ministres. Par contre à Madagascar, si on souhaite se porter candidat à la législation, si on est en position de Ministre, il faut démissionner. L’Assemblée nationale a aussi un rôle de critiquer, surveiller et interpeller. L’Assemblée nationale est une institution mise en place par la constitution.

 

  • Que peut-on dire de plus sur les parlementaires ?

Quand un député est élu, il a deux bureaux : l’un à l’Assemblée Nationale et l’autre au district où il a été élu. Il apporte une proposition de loi et explique cette loi aux citoyens. La formule parfaite est que le député possède un parti qui fera le relais sur terrain. Ce qui est à tirer est que le parlementaire travail aussi pour son parti mais non seulement pour lui seul ou le peuple. Son idéologie doit avoir un impact même au-delà de sa circonscription car c’est un député de Madagascar. Il y a une étroite relation entre le gouvernement, le parlement et les partis politiques. Le cas de « shutdown » qui s’est produit en USA est un exemple vivant : si le parlementaire n’est as du même avis que le président, alors le fonctionnement des affaires de l’Etat connait des difficultés. « On ne vote pas une personne, on vote une idéologie pour gouverner le pays ».

  • Où se trouvent les limites de la fonction d’un parlementaire ?

Le député est un membre d’une institution étatique. La durée de son mandat est de cinq ans à reprise de place illimitée en termes de mandat.

  1. Ses actions sont limitées dans la proposition de loi (promulgation d’un projet de loi et proposer une loi) et surveiller le pouvoir exécutoire. Si on parle des actions de destitution à l’encontre du pouvoir exécutoire, il faut atteindre un quorum de 2/3 des membres du parlement (qui est parfois difficile).
  2. Ils ne peuvent avoir comme profession qu’étant un enseignant.
  3. A l’étranger, le Président de la république peut aussi détruire le parlement si ce dernier ne lui convient pas. La base est d’avoir un pouvoir équilibré et terme de destitution entre les deux côtés.

 

« Fin de la deuxième partie »

 

PARTIE III :

“Eclairer les auditeurs sur comment détecter le bon candidat”

 

  • Comment doit se conduire un député ?
  1. Il doit être près du peuple et doit respecter le peuple (non à l’abus de pouvoir, il faut faire un rapportage après chaque réunion)
  2. Avant de voter pour une loi, il doit consulter l’avis des citoyens dans sa circonscription.
  3. Qu’il rapporte les attentes des citoyens de sa circonscription auprès de l’Assemblée nationale.
  4. Que le député doit avoir une éthique politique (fidèle à son idéologie de départ)

 

  • Quels sont les expériences ou diplôme que nécessite la fonction d’un parlementaire ?

Etant un pays démocratique, il n’est pas autorisé d’imposer des critères portant sur les expériences et les diplômes. Tout citoyen peut se présenter à la législation qu’il soit artiste ou autres, reste aux électeurs de bien choisir. Dès maintenant, les candidats à la législation doivent penser aux faits qu’ils veulent défendre : le ZES, l’avortement, la nouvelle constitution…

  • La KMF-CNOE a fait un communiqué portant sur la situation de quelques candidats qui ont des dossiers en suspend au tribunal, qu’en est-il de cela ?
  • La loi stipule que toutes personnes qui n’a pas fait l’objet d’une condamnation définitive peut se porter candidat, tant que son bulletin n°3 est encore vierge.

Si la personne est élue et que le tribunal prononce une condamnation définitive, là, ça va prendre une autre tournure.