Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 7 juin 2019  

 

L’évolution du traitement des résultats électoraux accapare l’attention de la presse du jour. La conférence de presse organisée par la CENI a reçu une large visibilité dans les colonnes des quotidiens, reléguant au second plan les foyers de tension électoraux. La Commission électorale s’attèle depuis hier à la confrontation des procès-verbaux réels.

 

Foyer de tension électorale

LA HCC APPELLE AU RESPECT DE LA VOLONTE DES ELECTEURS

Face à la vague de contestations des résultats des élections législatives, concrétisées par la tenue de  manifestations dans plusieurs districts, la HCC appelle au respect de la volonté des électeurs. Dans un communiqué, Ambohidahy recommande le recours à la voie judiciaire pour régler les contentieux électoraux. « Compte tenu du taux élevé d’abstention, tout un chacun, en particulier les candidats et leurs partisans sont invités à faire preuve d’humilité, de retenue, d’honnêteté et de responsabilité » a fait savoir l’instance. Dans la prochaine étape du processus électoral, les juges constitutionnels se focaliseront sur l’examen des documents électoraux dont les fiches de vérification, les procès-verbaux et les feuilles de dépouillement. La Cour se chargera également du traitement des anomalies et de toutes les formes d’irrégularités. À cet effet, la HCC entend exercer son rôle avec rigueur et impartialité. (L’Express de Madagascar, p.5 ; Midi Madagasikara, p.3) Au total, la Cour a reçu 41 plaintes concernant les irrégularités durant la précampagne depuis le 28 mai jusqu’à hier, 6 juin. Plusieurs d’entre elles émanent de candidats et dénoncent le non-respect de la loi en vigueur. Quelques une demandent la disqualification de quelques candidats. Conformément à la loi, la HCC peut réceptionner les doléances relatives aux fraudes électorales durant la précampagne jusqu’à la publication officielle des résultats provisoires par la CENI. Les candidats se sentant lésés ou victimes d’une injustice justifiée le jour du scrutin pourront interpeller la HCC à partir du 15 juin. (Le Quotidien, p.3 ; Tia Tanindrazana, p.2Free News a porté une attention particulière à la procédure de travail de la HCC. Dans le cadre du traitement des résultats, Ambohidahy a effectué un ramassage direct des plis électoraux destinés à la Cour au niveau des 6 arrondissements de la Commune urbaine d’Antananarivo, de tous les districts de la province d’Antananarivo à l’exception de celui de Fenoarivobe, des districts  longeant la RN7 jusqu’à Fianarantsoa ainsi que du district de Moramanga, depuis le 28 mai. Elle a procédé à la saisie informatique des résultats par bureau de vote selon le logiciel de la Cour, depuis le 29 mai. Le contrôle systématique des procès-verbaux et des feuilles de dépouillement de chaque bureau de vote par les équipes de vérification a débuté le 31 mai. L’examen des fiches de vérification, des PV et des feuilles de dépouillement a été effectué depuis le 3 juin. (p.8)

 

LE CANDIDAT LEVA CONDAMNE A 5 ANS DE PRISON FERME

Le procès de Ludovic Raveloson, dit Leva, candidat aux élections législatives dans le district de Mahabo, et de son fils s’est tenu lundi soir. Le tribunal a reconnu, le candidat, coupable de destruction de la forêt de l’aire protégée Menabe Antimena et le condamne à 5 ans de prison ferme. Les faits dont il est accusé ont été commis quand il était encore député de Mahabo et qu’il jouissait d’une immunité parlementaire. Le fils du candidat, connu sous le nom de Patou, pour sa part, a été condamné à 3 ans de prison ferme et d’une amende de 3 millions d’Ariary. Traduit à la barre, il a répondu à des actes de banditisme dépouillant des collecteurs de maïs à Mahabo dans le courant de l’année 2018. Il a été cloué au pilori par la plainte récemment réactualisée par une victime de ses exactions faisant usage d’arme de guerre, appartenant à un gendarme. Mis à part ces accusations, d’autres inculpations épinglent les deux intéressés, telles que les dessous de la fermeture de l’usine sucrière Sucoma d’Analaiva, la saisie des pivots valant des milliards d’Ariary de cette usine d’Ambatolahy, le double assassinat du 21 septembre 2016 et la mort des deux gendarmes sur la RN 35 qui sont actuellement en cours de jugement. Pour rappel, Leva et son fils ont été arrêtés et détenus sous mandat de dépôt depuis le 24 avril. Leur liberté provisoire a été refusée par le Parquet auprès du tribunal de première instance de Morondava. Selon les dernières tendances publiées par la CENI, le candidat indépendant est pourtant en passe de remporter les élections dans sa circonscription. (L’Express de Madagascar, p.11)

 

Processus électoral

TENDANCE ELECTORALE. L’IRD JOUIT D’UNE MAJORITE CONFORTABLE

Les derniers plis venant des districts sont arrivés au siège de la CENI, mercredi. Se basant sur les dernières tendances publiées par Alarobia, la coalition Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina (IRD) a acquis une majorité confortable au sein de l’hémicycle de Tsimbazaza, avec 84 sièges. En outre, l’effectif des parlementaires élus sous les couleurs du Tiako i Madagasikara (TIM) est supplanté par le nombre accru des députés indépendants. Ils ont respectivement raflé 16 et 51 sièges. (Tia Tanindrazana, p.3) Selon l’avis de Toavina Ralambomahay, analyste politique, il est normal que le président ait la majorité. « Le contexte légal et politique a fait qu’il gagne. La HCC a tout fait pour cela en autorisant par exemple une coalition de porter son nom » s’exprime-t-il dans les colonnes de L’Express de Madagascar. Touchant mot concernant l’échiquier politique au sein de l’Assemblée nationale, il doute que le rapport de force connaisse un grand chamboulement. « Les candidats indépendants ne se sont pas proclamés opposants avant les élections. Ce ne serait pas normal qu’une fois élu et sans avoir prévenu au préalable leur électorat, ils s’opposent au régime actuel par coup de tête » présage-t-il. (p.5)

 

EVOLUTION DES TRAITEMENTS DES RESULTATS ELECTORAUX 

  • La CENI procède depuis hier à la confrontation des procès-verbaux. Comme le rappelle Thierry Rakotonarivo, vice-Président de la CENI, cette procédure vise à comparer les procès-verbaux qui se trouvent entre les mains des candidats et ceux que la CENI détiennent. « On confronte les chiffres, les écritures et les autres éléments susceptibles de contribuer à la recherche de la vérité. En cas de discordances constatées à l’issue de la confrontation des PV, la CENI émet des observations. En effet, la Commission n’a pas le pouvoir de rectifier les éventuelles erreurs constatées dans les PV. Seule la HCC peut y procéder » a souligné le responsable au niveau de la Commission. 16 demandes de confrontation ont été réceptionnées jusqu’à ce jour. 12 d’entre elles n’ont pas rempli les conditions requises. Les candidats ont encore jusqu’à la proclamation des résultats provisoires par la CENI pour formuler des demandes de confrontation des PV. « Nous demandons cependant à ce que ces demandes soient déposées à Alarobia au plus tard le 12 juin. La raison est que la Commission œuvre actuellement au traitement des résultats et des PV transmis par les SMRV. Ainsi, la CENI traite ces résultats à raison de 12 districts par 24 heures. À cette allure, le traitement de ces résultats sera terminé le 13 juin. Il est donc normal que la confrontation des PV soit bouclée avant cette date » a déclaré Thierry Rakotonarivo. (Midi Madagasikara, p.3 ; Madagascar-Laza, p.3)
  • Le délai imparti au dépôt des rapports d’observation électorale par les organisations concernées a expiré, hier, à minuit. Sur les 39 organisations, dont 31 nationales et 8 internationales, agréées par la CENI, seules deux ont pu présenter leurs rapports à Alarobia. « Le non-respect du délai imparti par la loi par les autres organisations d’observation électorale est synonyme de défaillance manifeste vis-à-vis des dispositions légales. La CENI prendra des mesures de sanction qui s’imposent à l’endroit des organisations défaillantes. Ces dernières pourront ne plus être agréées lors des scrutins à venir » a averti Thierry Rakotonarivo, vice-Président de la CENI. À titre de rappel, ces rapports émanant d’organisations d’observation électorale devraient permettre à la CENI d’élaborer les éventuelles propositions d’amélioration du cadre juridique régissant les élections. (La Vérité, p.3 ; Midi Madagasikara, p.3)
  • La CENI prévoit d’effectuer des descentes dans les districts afin de vérifier toutes les suspicions de fraudes et portera plainte contre leurs présumés auteurs. Une dizaine de personnes ont été  mises en détention provisoire à cause de  suspicions de fraudes électorales, depuis le début du processus électoral. Mis à part le responsable de Commission Electorale de District d’Ihosy, un autre responsable de CED d’Ambositra a été incarcéré. Selon les informations partagées par la Commission, 5 autres personnes responsables de bureaux de vote de Tsihombe ont comparu au parquet du Tribunal d’Ambovombe, hier. Ces 5 personnes ont été ensuite placées en détention provisoire en attendant leur procès. En outre, 3 autres individus font l’objet d’une enquête à Bealalana. Pour rappel, la loi organique 2018-008 relative au régime général des élections  et des référendums dispose dans ses articles, des peines pénales pour les infractions constitutives de fraude à l’exercice du droit de vote et des infractions constitutives d’entrave à la liberté et à la sincérité du scrutin et du vote. (Madagascar-Laza, p.3)

 

Dynamique politique

FETE NATIONALE. LE BANQUET D’IAVOLOHA SUPPRIME DU PROGRAMME

Le Comité national technique d’organisation (CNTO) a annoncé le  programme de la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance, hier, au jardin d’Antaninarenina. Parmi les principales innovations de ces festivités au « nouveau visage » figurent la suppression du banquet d’État au palais d’Iavoloha et de la tenue du traditionnel défilé militaire dans l’après-midi. « La matinée sera réservée aux manifestations dans chaque commune. La parade militaire n’aura pas lieu dans la matinée comme chaque année mais commencera à 14 heures, à la place du traditionnel banquet. Ainsi, tous les concitoyens pourront suivre le défilé qui sera retransmis en direct à la télévision » a expliqué le président du comité. « Il n’y aura plus de banquet au palais d’Iavoloha, le jour du 26 juin, puisqu’il s’agit d’une fête de tous les Malgaches et non pas d’une poignée de personnes privilégiées, invitées. Il ne doit plus y avoir de dépenses faramineuses, juste pour les dirigeants non plus » a entériné Lalatiana Rakontondrazafy Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture, sur sa page Facebook. Ce changement a reçu un écho positif des internautes. Selon le programme, la célébration de la fête de l’indépendance se démarquera également par la reprise de la fête de l’Armée. Une kermesse se tiendra notamment au complexe sportif de Betongolo du 21 au 26 juin. Tous les Corps au sein de l’Armée malagasy y seront présents et pourront exposer leurs activités respectives. (L’Express de Madagascar, p.3 ; Midi Madagasikara, p.2 ; Les Nouvelles, p.3 ; Madagascar-Laza, p.2 ; Le Quotidien, p.3 ; Free News, p.2 ; Inona no Vaovao, p.2 ; La Vérité, p.3)

 

Style et déontologie

La Gazette de la Grande île a publié le droit de réponse du Colonel Félicien Andrianantenaina. Dans l’article « Élections législatives : Forcing de vote dans le Grand Sud-Est », paru dans le quotidien même, à la date du 31 mai 2019, le haut-responsable a été accusé d’avoir menacé des électeurs. Il a tenu à démentir qu’il n’a commis aucun acte de ce genre. Faisant preuve d’objectivité, le quotidien a recontacté sa source qui a maintenu ses propos. Cette dernière aurait même déposé une plainte contre le Colonel auprès de la HCC. (p.4)

 

Un peu d’humour

Les Nouvelles, p.2