Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 12 juin 2019  

Revue de presse du 12 juin 2019   

 

À quelques jours de la proclamation des résultats provisoires des législatives, la CENI procède à la confrontation des procès-verbaux relative à la demande de quelques candidats. Pendant ce temps, le candidat de Betroka Nicolas Randrianasolo a réagi par rapport aux accusations que Paolo Raholinarivo a portées contre lui.

 

Foyer de tension électorale

CONFRONTATION DES PROCES-VERBAUX 

La Commission électorale nationale indépendante a procédé à la confrontation de procès-verbaux après que des demandes aient été formulées par des candidats. Jusqu’à hier, peu d’anomalies ont été constatées sur les centaines de PV étudiés. D’après les précisions de Fano Rakotondrazaka, rapporteur général de la CENI, ils ont reçu une quinzaine de requêtes, et ils ont accepté d’en traiter sept après avoir vérifié leur authenticité. Des anomalies ont été identifiées dans les districts de Soalala et d’Arivonimamo. « Nous avons constaté quelques irrégularités sur deux PV parmi ceux qui proviennent du district de Soalala. C’était également le cas dans le district d’Arivonimamo où seul un des dix PV qu’un candidat nous a demandé de confronter a présenté des anomalies » a précisé Fano Rakotondrazaka. Ce dernier a aussi annoncé que le travail de la CENI se limite à la confrontation, les irrégularités identifiées seront rapportées sur le PV que la structure enverra auprès de la HCC. La confrontation se poursuivra aujourd’hui, déclare Les Nouvelles (p.3). De son côté, Le Quotidien rapporte que plusieurs anomalies ont été constatées. Près de quatre cent procès-verbaux, dont ceux de Soalala, Amparafaravola, Mahajanga II, Arivonimamo, Ambohidratrimo sont actuellement examinés auprès de la CENI. Cette dernière souhaite terminer les confrontations au plus tard jeudi afin de pouvoir préparer la publication des résultats provisoires, commente le journal (p.3).

 

NICOLAS RANDRIANASOLO REPOND A PAOLO RAHOLINARIVO

Suite aux accusations que Paolo Raholinarivo a portées à son encontre, Nicolas Randrianasolo, candidat à la députation dans le district de Betroka, a contre-attaqué devant la presse. En effet, l’administrateur civil qui a soutenu le candidat de l’IRD a déclaré que le candidat Nicolas Randrianasolo a procédé à des fraudes lors des dernières législatives, « chose qui n’est pas facile pour un candidat qui n’est pas proche du pouvoir » s’est défendu l’ancien parlementaire. Ce dernier a également affirmé que ce n’est pas pour rien si les électeurs de Betroka lui ont encore accordé leur confiance. (Midi Madagasikara, p.3 ; Le Quotidien, p.5). Une délégation du fokonolona a apporté des précisions sur certaines assertions des parties en lice, hier. « Tous les délégués des bureaux de vote ont signé les procès-verbaux transmis à la CENI, sans y avoir relaté d’anomalies. L’échec du candidat représenté par l’ancien chef de district de Betroka, qui a véhiculé ces rumeurs de fraudes, était prévisible. Il n’a mené dans aucun bureau de vote de la Commune urbaine qu’il dirige en tant que maire. Les pressions exercées sur les autorités locales ne se justifient point puisque l’accusé n’a aucune autorité pour le faire » ont précisé les représentants de la population locale. (Les Nouvelles, p.18 ; Madagascar Laza, p.2)

 

IHOSY : LE CANDIDAT NEYPATRAIKY RAKOTOMAMONJY ACCUSE DE FRAUDES

Les candidats dans le district d’Ihosy accusent le candidat Neypatraiky Rakotomamonjy de ne pas avoir respecté la neutralité de l’administration durant les dernières élections législatives. Selon eux, non seulement il a utilisé des biens et matériels de l’État, mais il s’est également fait aider par des fonctionnaires durant sa campagne. Aussi, il a été vu en train de remplir des PV avec son équipe. Le candidat aurait aussi distribué de l’argent aux chefs fokontany, à l’adjoint au maire et certains employés de la CENI. Le jour du scrutin, son équipe aurait fait sortir les délégués des autres candidats dans des bureaux de vote des Communes de Mahasoa et Menamatiloto. Face à cela, ses concurrents ont décidé de déposer une requête auprès de la CENI et de porter plainte à la HCC. (Inona no Vaovao, p.3 ; Le Quotidien, p.4 ; Tia Tanindrazana, p.2)

 

Dynamique politique

TETE-A-TETE ANDRY RAJOELINA – ANGELA MERKEL

Le président de la République de Madagascar Andry Rajoelina, s’est entretenu avec la Chancelière allemande, Angela Merkel, hier, en marge du Segment de Haut Niveau de la 108ème Session de la Conférence internationale du Travail et de la Session du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Les échanges ont été centrés sur la coopération entre les deux pays. Les domaines de l’énergie, l’éducation et l’environnement ont été particulièrement évoqués. Il a été convenu lors de cette entrevue que le président Andry Rajoelina enverra en Allemagne une délégation ministérielle afin de voir comment procéder à la mise en œuvre des projets. (Midi Madagasikara, p.2 ; L’Express de Madagascar, p.5 ; Les Nouvelles, p.2 ; Tia Tanindrazana, p.2)

 

ANDRY RAJOELINA S’ENGAGE DANS LA LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGISME MODERNE

« L’esclavagisme moderne fait rage et est irréversible. Je lance donc un appel à vous tous, présents ici dans cette assemblée et vous tous qui entendez ce message. Prenons nos responsabilités. Agissons ensemble pour mettre un terme à l’esclavagisme moderne et aux trafics d’êtres humains. Mettons un terme au silence et à l’indifférence qui permettent à ce mal de perdurer », c’est en ces termes qu’Andry Rajoelina a interpellé les participants à la Conférence Internationale du Travail, session centenaire, hier, à Genève. Ce fut une opportunité pour le Chef de l’État de faire savoir l’engagement de Madagascar dans l’éradication de ce fléau. Un engagement qui a été concrétisé par le rapatriement des femmes travailleuses domestiques de Koweït au mois de mai dernier, « une responsabilité que Madagascar a déjà pris et que le pays continuera à faire » a-t-il enchainé. (Midi Madagasikara, p.19 ; L’Express de Madagascar, p.5 ; Les Nouvelles, p.2). Andry Rajoelina a ouvert son discours par un hommage aux pionniers de la lutte pour le travail décent. Il a également mis en exergue les défis qui restent à relever. Devant l’Assemblée, le Chef de l’État a déclaré que Madagascar se tient auprès de l’OIT pour lui prêter main forte dans cette tâche ardue mais essentielle au développement du monde et à l’épanouissement des générations futures (La Vérité, p.2). Par ailleurs, le président malagasy a remis six propositions d’instruments de ratification au Directeur Général de l’OIT. Ces instruments de ratification concernent les travailleurs migrants, la relation des travailleurs avec la fonction publique, la négociation collective, le travail forcé, les travailleurs domestiques et de l’Agence privée d’emploi. (Madagascar Laza, p.2). Andry Rajoelina  s’est félicité de la place que tient la Grande Ile au sein de l’OIT : « Je suis fier que notre pays soit le premier pays pionnier de l’Alliance 8.7 visant à combattre la traite des êtres humains, abolir le travail forcé et éliminer le travail des enfants sous toutes ses formes. » (Free News, p.8)

 

Style et déontologie

Alarmiste et voulant aiguiser la tension, La Gazette de la Grande Ile prévoit qu’au rythme où vont les protestations et les contestations des résultats de vote, Madagascar risque de sombrer dans une guerre civile. Le quotidien souligne que la plupart des cas de guerre civile dans le monde ont été déclenchées par des élections. Le quotidien a pris l’exemple de l’Égypte et du Soudan avant de parler de la situation de 2001 à Madagascar. Selon les analyses de la Gazette de la Grande Ile, les nombreuses manifestations publiques initiées dans différents districts risquent de dégénérer. Le Chef du gouvernement lui-même a déjà sollicité les citoyens à garder le calme, peu importe les résultats annoncés par la HCC et la CENI. Le journal n’a pas manqué de mentionner que les évènements de Tuléar II où les locaux du SRMV ont été incendiés le 02 juin dernier après que les résultats provisoires ont été connus du public, devrait nous alerter tous. Des médias annoncent que la tension monte dans plusieurs localités en ce moment. Des représentants venant des régions dans la capitale pour dénoncer des faits de fraudes, d’irrégularités, de détournements de voix, etc. Pour conclure, le quotidien interpelle les responsables à prendre les mesures nécessaires avant que la situation ne s’envenime. (p.10)

 

Vu sur le web

LA RECEPTION DES DOLEANCES RELATIVES À LA CAMPAGNE ELECTORALE PRENDRA FIN LE 15 JUIN

La CENI a déjà fait savoir que les résultats provisoires des élections législatives seront publiés ce samedi 15 juin. La HCC informe également les candidats et leurs comités de soutien que ce jour marquera également la fin du dépôt des doléances relatives à la campagne électorale auprès de la HCC mais également, les juridictions compétentes en matière d’infractions pénales. Dans un communiqué, la HCC a indiqué que « jusqu’à la proclamation des résultats officiels des élections législatives, son président ne reçoit ni candidat, ni mandataire ou émissaire de candidat. Pour toute contestation, ces derniers sont invités à suivre la procédure normale du contentieux électoral, qui a fait l’objet d’une sensibilisation et d’une large diffusion avant le scrutin ». Quant aux plaintes relatives aux résultats des élections, elles ne seront reçues qu’à partir de la présentation des résultats provisoires par la CENI. (https://www.madagascar-tribune.com/Les-resultats-provisoires-des-legislatives-publies-le-15-juin.html)

 

Un peu d’humour

 

Le Gazette de la Grande Ile, p.5