Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 19 juin 2019  

Revue de presse du 19 juin 2019   

 

À quelques jours de la célébration des 59 ans du retour de l’indépendance, les responsables des forces de l’ordre ont mis en place un nouveau dispositif de sécurité draconien. Des éléments de l’EMMO seront déployés dès ce vendredi. Du côté d’Ambohidahy, les juges constitutionnels procèdent au recomptage des voix, toutefois, aucune date n’a encore été révélée pour la proclamation des résultats officiels du scrutin du 27 mai 2019.

 

Processus électoral

LA HCC PROCEDE AU RECOMPTAGE DES VOIX

Hier a été la date butoir du dépôt des requêtes relatives aux résultats provisoires publiés par la CENI auprès de la HCC. En tout, plus de 300 plaintes ont été réceptionnées par cette juridiction. Elles viennent de tout-bords : des formations politiques proches du régime, ceux issus des opposants ou encore des indépendants. Des anomalies ont été relevées par la Haute Cour Constitutionnelle qui a décidé de procéder au recomptage des voix. Des matériels de vote, des bulletins de vote ainsi que des procès-verbaux ont été revérifiés. Ainsi, la HCC à procéder de manière méticuleuse à la vérification des matériels de vote. La HCC aura une semaine pour répondre aux requêtes des candidats qui l’ont saisie. (Madagascar Laza, p.3 ; Le Quotidien, p.3). Free News annonce que la HCC a du pain sur la planche et déclare que la juridiction d’Ambohidahy a reçu plus de 140 requêtes. Lors d’une conversation téléphonique, Jean Éric Rakotoarisoa a indiqué que « nous sommes en plein épluchage des requêtes, il nous est encore impossible de fournir le nombre exacte de celles-ci ». D’après les dires du président de l’institution, la quantité exacte des demandes de recours sera publiée sur le site de la HCC dès aujourd’hui. Pour la réalisation de la tâche qui lui incombe, la HCC utilise son propre logiciel et a déjà commencé la saisie des résultats par bureau de vote le 31 mai dernier. Auparavant, elle a directement ramassé les plis qui lui ont été destinés au niveau des six arrondissements de la capitale et des districts de la province d’Antananarivo à l’exception de Fenoarivobe et des districts longeant la RN7. L’examen des fiches de vérification, des procès-verbaux et des feuilles de dépouillement a été effectué depuis le 03 juin. La HCC passe également par le traitement des anomalies et des irrégularités selon le cas qui se fait par des révisions des calculs, une demande de l’ensemble des bulletins de vote ou des bulletins blancs et nuls auprès de la CENI, ou encore par le contrôle sur la base des procès-verbaux des SRMV (p.2). Presque tous les 119 districts sont mentionnés dans la centaine de requêtes déposées auprès de la HCC. La plupart portent sur des fraudes qui ont été identifiées le jour-J, complète Inona no Vaovao (p.2).

 

Dynamique politique

LA PREMIERE SESSION PARLEMENTAIRE SE TIENDRA LE 09 JUILLET PROCHAIN

Le premier ministre a fait savoir que la proclamation des résultats officiels des législatives par la HCC aura lieu avant le 02 juillet. L’article 82 de la Constitution stipule à cet effet que « L’Assemblée nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection, pour procéder à la constitution de son bureau permanent ». Ainsi, la session spéciale pourrait avoir lieu le mardi 09 juillet 2019. Considérant les résultats provisoires de la CENI, la balle est dans le camp de la plateforme IRD qui constituera la nouvelle majorité parlementaire. La tête de la Chambre basse reviendra probablement à une femme, selon les prévisions de Midi Madagasikara, cela afin de contrebalancer ou compenser un tant soit peu la domination de l’autre sexe à la tête des quatre autres institutions de la République, en l’occurrence, le président de la République, le président du Sénat, le Premier ministre et le président de la Haute Cour Constitutionnelle. Le quotidien avance même le nom d’Irmah Lucien Naharimamy, ancienne ministre de la population et candidate à Toamasina. Une ville acquise par le président de la République qui voudra rétablir un certain équilibre régional au niveau des Institutions où l’Est du pays n’est plus représenté depuis le régime Ratsiraka. (http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2019/06/19/nouvelle-assemblee-nationale-session-speciale-le-mardi-09-juillet-2019/)

 

LOI SUR LA COMMUNICATION MEDIATISEE : DEBUT DES CONSULTATIONS REGIONALES

Comme il a déjà été prédit, le ministère de la Communication et de la Culture se lance dans la révision de la loi sur la communication médiatisée. La série de consultations régionales a commencé. Selon les explications, plusieurs points évoqués lors de la rencontre avec les journalistes d’Antananarivo seront examinés durant ces consultations régionales. La première consultation a eu lieu à Mahajanga hier. « L’objectif du ministère est d’obtenir le plus de propositions possible permettant de concevoir un projet de loi accepté par tous. Après, nous allons faire adopter ce texte au niveau du gouvernement et enfin, au Parlement » a indiqué la ministre de tutelle Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Outre la question sur la couverture médiatique, l’allègement des sanctions en matière de délit de presse sera également discuté ; ainsi que la restructuration de l’autorité nationale de régulation de la communication médiatisée (Les Nouvelles, p.3 ; Inona no Vaovao, p.2-3). Une quarantaine de journalistes issus des régions du Boeny, Betsiboka et de Sofia ont participé à la consultation de Mahajanga. La réforme du Code la communication s’inscrit dans le contrat-programme de la ministre de la Communication et de la Culture. Cela consiste à la présentation au niveau du Parlement d’une nouvelle loi élaborée de manière participative et consensuelle par les parties prenantes de la communication en tenant compte des desiderata des acteurs et des nouvelles réalités du secteur, notamment le basculement vers la Télévision Numérique Terrestre (TNT), tout en prenant compte les acquis de l’avant-projet de code validé en 2015. Un atelier national de restitution se tiendra en fin juillet à l’issue des consultations régionales. L’initiative est soutenue par le PNUD, le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme,  l’UNICEF, l’UNESCO, l’UNFPA et le CINU (La Vérité, p.2). Le ministère de la Communication et de la Culture a également l’intention de donner une totale indépendance à l’OJM dans l’exercice de ses fonctions, annonce Free News (p.3).

 

Style et déontologie

La Gazette de la Grande Ile a fait un dossier sur l’histoire de Rwanda et de son président actuel, Paul Kagame. Au début de son article, le journal précise qu’il ne s’agit pas d’un choix au hasard, il a décidé de parler du président Rwanda étant donné qu’il sera l’invité d’honneur de la célébration des 59 ans du retour de l’indépendance de Madagascar. Ses portraits sont déjà affichés le long de l’axe Ankorondrano-Alarobia. Ce chef d’État, en moins de 25 ans, a réussi à hisser son pays aux rangs des pays les plus modernes et développés du continent africain, un exemple pour tous. Le récit de La Gazette de la Grande Ile commence par une description démographique de Rwanda, ensuite, elle situe le début de son histoire vers les années 1950. Le journaliste passe en détail tous les points marquant de l’histoire du pays, notamment les séries de massacre dont il a été victime. Il semble vouloir démontrer que le Rwanda a vécu des évènements pires que les nôtres mais nous a devancé largement en quelques années. D’ailleurs, dans un autre article, le quotidien présente encore de Paul Kagamé comme étant un modèle politique malagasy. (p.8-9-10)

 

Focus sur la sécurité

RENFORCEMENT DE LA SECURITE DURANT LA FETE DE L’INDEPENDANCE

Des mesures draconiennes ont été mises en place pour assurer la sécurité durant la célébration de la fête de l’indépendance. Le Préfet d’Antananarivo, le Gal Angelo Ravelonarivo a convoqué la presse hier après une réunion de l’Organe Mixte de Conception. D’après les précisions du Préfet, la sécurité sera notamment accrue et rigide durant la soirée du 25 juin et la journée du 26 juin. La présence du président du Rwanda qui est l’invité d’honneur de la célébration de cette année et des troupes étrangères qui défileront aux côtés des forces malgaches motivent ce renforcement du dispositif de sécurité. Les éléments de l’État-major mixte opérationnel seront déployés dès ce vendredi. Le Préfet de police a ajouté que le programme qui lui a été transmis ne mentionne pas un spectacle après la parade militaire, mais « quoi qu’il en soit, les fouilles à l’entrée du stade seront rigoureuses ». Les outils en métal et en verre, les objets tranchants ainsi que les bouteilles en verre seront prohibés dans le stade de Mahamasina. Le défi des forces de l’ordre est celui de faire en sorte que la célébration de cette année ne soit pas marquée par un drame. (L’Express de Madagascar, p.3 ; Les Nouvelles, p.2 ; Madagascar Laza, p.3)

 

Un peu d’humour

 

La Gazette de la Grande Ile, p.5