Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 13 juin 2019  

Revue de presse du 13 juin 2019   

 

Le délai accordé aux candidats pour déposer des demandes de confrontation des procès-verbaux a pris fin, hier. Selon les chiffres avancés par la CENI, le nombre de PV à confronter se compte par milliers. 

 

Foyer de tension électorale

CONTENTIEUX ELECTORAUX : NOUVEL APPEL DE LA HCC A SUIVRE LA VOIE LEGALE

Dans un communiqué publié à la date du 7 juin, le président de la HCC a annoncé qu’il ne recevra ni candidat, ni mandataire de candidat, ni émissaire de candidat ni soutien de candidat jusqu’à la proclamation des résultats officiels des élections législatives. Pour toute contestation, ces derniers sont invités à suivre la procédure normale du contentieux électoral, qui a fait l’objet d’une sensibilisation et d’une large diffusion avant le scrutin. Tout contact préalable avec un membre de la Cour ou tout responsable et agent de l’institution est prohibé car relevant du trafic d’influence. (Midi Madagasikara, p.13)

 

CONTESTATIONS DES RESULTATS DES ELECTIONS LEGISLATIVES :

  • Un candidat indépendant dans le district de Befandriana-Nord a tenu une conférence de presse, hier, au siège du parti Kintana à Tsaralalàna, pour dénoncer les pressions des autorités locales. Selon ses déclarations, il se trouve provisoirement en tête dans sa circonscription, avec un score de 54% contre 33% pour le candidat de l’IRD. Il craint cependant une inversion des tendances suite aux présumées manœuvres du Chef district et du Préfet. « Le candidat de l’IRD se sert des responsables locaux pour inverser les résultats. Le Chef de district en personne a été utilisé pour inciter la population locale à descendre dans la rue et à contester les résultats » a expliqué le pasteur Edouard Tsarahame, porte-parole du candidat indépendant. Il a profité de cette sortie médiatique pour lancer un appel au Premier ministre et à mettre en garde ses détracteurs qu’il détient des preuves. (Midi Madagasikara, p.13 ; Madagascar-Laza, p.2 ; La Gazette de la Grande île, p.4)
  • Le comité de soutien du candidat Neypatraiky André Rakotomamonjy dément les accusations selon lesquelles l’ancien ministre des Postes aurait utilisé des prérogatives de puissance publique lors de la propagande. Le comité de soutien rappelle d’ailleurs que Neypatraiky André Rakotomamonjy n’occupe plus un poste ministériel depuis plus d’un an. « Le scrutin à Ihosy est sans doute le plus propre et transparent qui soit dans tout Madagascar. Le responsable du CED a été placé sous mandat de dépôt, la justice et le BIANCO ont mené leurs enquêtes » a avancé les proches collaborateurs du candidat. Ils appellent à cet effet la population d’Ihosy à ne pas se laisser manipuler et à attendre patiemment la publication des résultats officiels. (Madagascar-Laza, p.3)
  • « Pas moins d’une vingtaine de plaintes vont être déposées par un collectif d’au moins une centaine de candidats à la HCC, ce jour » annonce Le Quotidien, dans ses colonnes. Selon les explications apportées par le journal, un collectif de plusieurs dizaines d’indépendants et de candidats issus de l’opposition ont décidé de former un bloc pour dénoncer les irrégularités, anomalies et tentatives de fraudes massives dans le cadre des scrutins du 27 mai dernier. Ils se donnent rendez-vous devant l’institution d’Ambohidahy dans la matinée pour déposer les requêtes. (3)
  • La CENI compte prendre des mesures pour améliorer les prochaines élections à partir des critiques apportées par les candidats aux dernières législatives. Fano Rakotondrazaka, rapporteur général de la Commission, a indiqué que les dispositifs en question seront adoptés pour éviter la répétition des éventuelles erreurs constatées durant ces scrutins. Il a toutefois indiqué qu’Alarobia ne peut intervenir face aux requêtes pour suspicion de fraudes ou violations des textes électoraux, cette prérogative étant uniquement détenue par la HCC. (Les Nouvelles, p.3)

 

Processus électoral

BOUCLAGE DU TRAITEMENT DES RESULTATS DES ELECTIONS

Conformément au calendrier électoral, la CENI prévoit de boucler la confrontation des procès-verbaux aujourd’hui. (Midi Madagasikara, p.13 ; Le Quotidien, p.3 ; La Vérité, p.2) Contacté par L’Express de Madagascar, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, a fait état de plus d’un millier de PV à confronter. « Je n’ai pas les chiffres en mai, mais on peut aisément estimer que le nombre de PV à confronter dépasse largement le millier » avait-il indiqué le 11 mai. « Depuis notre dernière conversation, près de 500 PV à confronter se sont ajoutés aux quelques 740 d’hier » a-t-il précisé lors d’une entrevue téléphonique, hier. Les confrontations concernent près d’une quinzaine de districts. Parmi eux figurent Soalala, Amparafaravola, Mahajanga II, Arivonimamo, Ambohidratrimo et Toliara II, qui a récemment connu des scènes de violence postélectorales. Bien qu’elles ne soient pas en nombre significatif, des anomalies et discordances ont été constatées durant la procédure de confrontation. Selon les explications du Numéro deux de la CENI, les anomalies sont de trois sortes. Il y a les cas où les PV sont raturés, ce qui amène à penser que les chiffres ont été modifiés. Il y a les cas de surnombre de bulletins de vote blanc ou nul. Le troisième cas concerne le nombre anormalement élevé de rajout dans la liste électorale. La Commission prévoit d’organiser une conférence de presse, ce jour, pour faire la conclusion du traitement des résultats et les confrontations de PV. Légalement, la CENI ne peut aller au-delà de la confrontation des PV. En effet, elle ne détient pas la prérogative d’engager des démarches de contentieux électoral. La Commission ne peut que dresser un PV des discordances et anomalies constatées durant les confrontations et le remettre à la HCC. (p.3)

 

NON-RESPECT DU DEADLINE DE DEPOT DU RAPPORT D’OBSERVATION ELECTORALE : LE KMF/CNOE REAGIT

Le KMF/CNOE a réagi face aux avertissements de la CENI concernant le retard de dépôt des rapports des observateurs électoraux. À titre de rappel, la Commission a indiqué qu’elle ne délivrera plus d’agrément aux observateurs qui n’ont pas respecté le deadline. « Nous avons présenté notre rapport, mais il n’a pas été enregistré » a indiqué le président de l’OSC, Andoniaina Andriamalazaray, joint au téléphone par Les Nouvelles, hier. « Des erreurs sont survenues au niveau de la date de l’enregistrement du rapport et par conséquent, la CENI n’a pas pu le prendre en compte » a-t-il défendu. L’organisme a annoncé à l’occasion qu’elle continuera de s’atteler à l’observation des communales, malgré l’absence de financement des bailleurs de fonds. (p.3)

 

Dynamique politique

CYBERCRIMINALITE : HERILANTO MANANDAFY BENEFICIE D’UNE LIBERTE PROVISOIRE

Le Facebooknaute Herilanto Manandafy a été déféré au Parquet, le 11 mai. Pour rappel, le prévenu a indiqué dans l’une de ses publications que le plaignant aurait vendu au président Andry Nirina Rajoelina le plan de développement Initiative pour l’Émergence de Madagascar (IEM). Poursuivi pour diffamation, il a bénéficié d’une liberté provisoire au terme de son audition par le juge d’instruction. La date d’audience de Herilanto Manadafy est fixée pour le 20 juin prochain. Conformément aux dispositions du code de la Communication de 2016, la cybercriminalité est focalisée sur la suppression des peines privatives de liberté. Pour ce qui est de la diffamation au moyen des nouvelles technologies, les peines encourues sont assimilées à celles des médias pour lesquelles des peines alternatives s’élevant entre 1 et 6 millions d’Ariary sont prévues. (L’Express de Madagascar, p.11)

 

RESTITUTION DES ÎLES EPARSES : SERGE ZAFIMAHOVA DENONCE L’EXTREMISME DE L’APPROCHE PRESIDENTIELLE

Serge Zafimahova, Coordonateur national de la plateforme Dinike, a critiqué la manière dont le président de la République Andry Nirina Rajoelina, a revendiqué la restitution des îles Éparses. « Il a un peu haussé le ton quand il a lancé qu’il faut que les îles Éparses soient restituées au Malagasy. Là, il y a eu un problème dans la mesure où il s’est exprimé comme s’il s’adressait au peuple malgache. Et justement, le président Français, durant son intervention, n’a pas cessé de souligner que pour ce qui est des îles Éparses, il y a une gestion commune » a fait remarquer le politicien dans les colonnes de Midi Madagasikara. « En diplomatie, il y a une manière de dire les choses. Autrement, le ministre des Affaires étrangères doit effectuer un recadrage, comme ce qui s’est passé ».  Il rejette entièrement la faute sur les collaborateurs du Chef de l’État qu’il qualifie ouvertement « d’extrémistes ». « Je trouve que ce sont vraiment les extrémistes qui travaillent avec le président de la République qui lui poussent à dire ces bêtises. Et pire ! C’était un discours qu’il fallait lire. Il n’y a rien de spontané », rappelle Serge  Zafimahova. (p.19)

 

Style et déontologie

La Gazette de la Grande île a consacré un article sur la défaite de Nirina Ravelohanitra, gérante de Smart Cargo et candidate aux législatives dans le district d’Antsirabe II. Le quotidien a rappelé que la candidate est recherchée par la police en vertu d’un mandat d’arrêt à la suite d’une condamnation pour escroquerie et qu’elle « fait partie des 79 députés qui ont accepté des mallettes d’argent pour ne pas voter la déchéance de Hery Rajaonarimampianina », portant ainsi atteinte à son image. Privilégiant un langage sexiste, le journal a laissé entendre qu’elle « échangeait ses charmes ». «  De peur d’être poursuivis pour recel de malfaiteurs, les députés, policiers, gendarmes, magistrats et ministres qui l’ont soutenu (en échange de son argent et se ses charmes) vont cesser de répondre à ses appels téléphoniques » lit-on dans les colonnes du quotidien. Il annonce d’ailleurs que la candidate sera poursuivie pour corruption passive et enrichissement illicite. (p.5)

 

Un peu d’humour

 


Les Nouvelles, p.2