Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 28 juin 2019  

Revue de presse du 28 juin 2019   

 

La bousculade meurtrière à Mahamasina continue d’accaparer l’attention des médias et de l’opinion publique. Entre présentation de condoléances et mesures à prendre, les réactions s’enchaînent. Sur le plan politique, la conférence de presse organisée par la CENI, hier, durant laquelle, elle a dévoilé une proposition de date pour les communales, bénéficie d’une large couverture.

 

Foyer de tension électorale

INFRACTIONS ELECTORALES. LA CENI AFFIRME SON INTENTION D’ENGAGER DES POURSUITES PENALES

La CENI a organisé une conférence de presse, hier, pour publier sa proposition du chronogramme pour les élections communales. Ce fut une occasion pour l’organe chargé de l’organisation du processus électoral de faire le point sur les principales failles dénoncées durant les élections législatives. Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, a indiqué que le non-respect de la neutralité et de l’impartialité des responsables, sont les principaux objets des plaintes et rapports reçus à Alarobia. « Étant donné l’ampleur des rapports et des plaintes que nous avons reçus, la CENI a décidé de mener une enquête dans les localités où des cas d’infractions sont dénoncées » a-t-il déclaré. Les membres des démembrements de la Commission, des membres de bureau de vote, des responsables des collectivités territoriales décentralisées et des membres de départements publics sont les cibles de ces dénonciations. « Si l’existence d’infraction est confirmée, nous allons tout faire pour débusquer les responsables afin qu’ils répondent de leurs actes par des sanctions administratives, mais également, des sanctions pénales »  a affirmé le numéro deux de la CENI. En effet,  il a été rappelé durant la conférence de presse d’hier, que la CENI peut engager des poursuites judiciaires contre quiconque entrave le bon déroulement du vote, ou entame sa sincérité. La loi organique sur le régime général des élections et des référendums prévoit notamment des peines d’emprisonnement et de lourdes amendes pour sanctionner les infractions électorales. Le bidouillage de la liste électorale, l’usage des ressources administratives et prérogatives de puissance publique à des fins de propagande, ou encore, les fraudes, les détournements et achats de voix sont, entre autres, passibles de condamnation. (L’Express de Madagascar, p.3) En vue des communales,  la CENI s’est également exprimée sur les mesures à prendre concernant les failles inhérentes à la liste électorale. « La Commission ne procèdera pas à la retouche des registres nationaux des électeurs, mais plutôt à une correction. Selon les textes de loi en vigueur, la retouche n’est possible qu’entre le 1er décembre et le 28 février » a souligné Thierry Rakotonarivo. Concrètement, les citoyens en possession de carte d’électeur mais dont le nom ne figure pas dans les listes électorales pourront procéder à une vérification auprès des Fokontany pour rectifier les éventuelles erreurs. Selon les explications de la CENI, l’opération de déboulonnage ou le changement de résidence entre les scrutins des présidentielles et des législatives pourraient expliquer l’omission de certains noms dans les listes publiées lors des scrutins législatifs. (Madagascar-Laza, p.3)

 

DENONCIATION D’IRREGULARITE ELECTORALE A MAMPIKONY

Deux quotidiens, à savoir Tia Tanindrazana et Inona no Vaovao, ont rapporté les agissements du candidat indépendant Solofoniaina Emilien Narson Raphaelien, dit Tano, qui selon plusieurs témoignages est entré en direct via les ondes de la « Radio Manga II » pour émettre des discours de propagande le jour de l’élection et pour dénigrer ses concurrents, le 27 mai dernier. Selon les péripéties rapportées par les témoins locaux, il aurait trompé l’opérateur de la station en déclarant avoir obtenu l’autorisation du directeur du média. Ce dernier a démenti ses allégations après avoir été averti par le Chef district et le délégué de la Communication de la circonscription. Une dizaine de témoignages ont déjà été authentifiés et regroupés par un huissier. D’ailleurs, une plainte a été déposée à cet effet auprès de la HCC. (p.2)

 

Processus électoral

PROPOSITION DU CALENDRIER COMMUNAL. LA CENI AVANCE LA DATE DU 28 OCTOBRE POUR LA TENUE DES SCRUTINS

Suite à une demande de proposition de chronogramme formulée par le ministère de l’Intérieur le 20 juin, la CENI a fait part de sa proposition de calendrier pour les élections communales, hier, lors d’une conférence de presse organisée à Alarobia. Ainsi, la Commission propose la date du lundi 28 octobre 2019 pour tenir les scrutins. D’après la proposition de chronogramme, le dépôt des dossiers de candidature est fixé entre le 20 juillet et le 3 août. La publication des résultats provisoire est prévue le 16 novembre, et celle des résultats définitifs, le 15 décembre. Techniquement, il y aura deux opérations de vote simultané, l’un pour élire le maire, et l’autre pour élire les conseillers municipaux ou communaux. Cette simultanéité implique cependant une logistique différente et un mode de scrutin différent. Pour les élections communales, le scrutin uninominal majoritaire à tour sera de mise. Pour les élections des conseillers municipaux, ce sera un scrutin de liste à représentation proportionnelle suivant la règle du quotient électoral et la règle du plus fort reste. En outre, les cautions ont également été fixées. Elles varient entre 5 millions d’Ariary et 300 000 Ariary.  Pour la Commune urbaine d’Antananarivo, classée hors-catégorie, elle s’élève à 5 millions d’Ariary. Le montant de la caution va en crescendo selon la catégorie de la commune. Selon les précisions de la CENI, la caution pour les candidats à la mairie et ceux qui visent un siège municipal sont les mêmes. Cette proposition attend l’aval du gouvernement qui devrait entériner le chronogramme ou demander un nouveau calendrier dans les semaines à venir. (La Vérité, p.2 ; Midi Madagasikara, p.2 ; Madagascar-Laza, p.2 ; Le Quotidien, p.3 ; Inona no Vaovao, p.2) En attendant les contributions financières des divers partenaires électoraux, la CENI prendra en charge toutes les dépenses nécessaires aux élections communales. (Free News, p.3)

 

Dynamique politique

GUY RIVO RANDRIANARISOA DEMISSIONNE DE SON POSTE DE SECRETAIRE GENERAL DE LA CUA

À peine quatre mois après sa nomination au poste de secrétaire général de la Commune urbaine d’Antananarivo, l’ancien député du parti Tiako i Madagasikara, Guy Rivo Randrianarisoa a démissionné de sa fonction. Selon certains observateurs, le bras droit du TIM ne serait plus dans son élément ces derniers temps. Ils rappellent notamment que le parlementaire ne faisait pas partie de la liste de candidats aux législatives confectionnée par la formation politique, ce qui a assombri ses relations avec les  « Zanak’i Dada ». Selon une source contactée par L’Express de Madagascar, Guy Rivo Randrianarisoa est devenu simple conseiller spécial à la CUA après sa démission. Aucune information de sa part n’a filtré mais selon le renseignement émanant des proches de Marc Ravalomanana, l’ancien député TIM envisage de se porter candidat aux prochaines élections communales. (p.5)

 

Focus sur la sécurité

BOUSCULADE MEURTRIERE A MAHAMASINA. OUVERTURE D’UNE ENQUÊTE

Le bilan final de l’incident meurtrier à Mahamasina fait état de 16 morts et de 100 blessés, dont 10 mineurs décédés (L’Express de Madagascar, p.10). Suite à la tragédie, les responsables de la sécurité publique, notamment, le Général Richard Ravalomanana, Secrétaire d’État à la Gendarmerie, le Contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, ministre de la Sécurité publique, le Général Léon Richard Rakotonirina, ministre de la Défense nationale, et le Général Andry Rakotondrazaka, Commandant de la Circonscription Interrégionale de la Gendarmerie Nationale d’Antananarivo (CIRGN) ont organisé une réunion, hier, au camp Ratsimandrava. Il a été décidé qu’une enquête sera ouverte afin de permettre aux autorités de déterminer les circonstances ainsi que les causes de la bousculade. Selon les précisions apportées par le Général Andry Rakotondrazaka, une cellule mixte composée par les éléments de la police et la gendarmerie nationale est mise en place pour faire la lumière sur cet incident. Les membres sont actuellement en train de réunir toutes les preuves susceptibles d’aider les enquêteurs dans leurs investigations. (Madagascar-Laza, p.3 ; Free news, p.6)

  • Le pasteur Edouard Tsarahame, du Conseil pour la Réconciliation Nationale (CRN) a organisé une conférence de presse, hier à Tsaralàlana, à l’issue de laquelle il a exhorté l’Exécutif à organiser une journée de deuil national pour rendre hommage aux victimes de l’incident. Soulignant que les pertes de vies humaines de ce genre n’est plus acceptable, d’autant plus qu’il ne s’agit pas du premier événement malheureux sur le site, le politicien a fortement condamné la mauvaise organisation de l’événement. « Qu’en est-il de l’utilisation des drones et des caméras de surveillance dernier cri qu’on a déployé dans le cadre de la célébration de la fête nationale ? Ne sont-ils pas utilisés pour prévenir justement ce genre de drame ? » s’est insurgé le pasteur.  (Madagascar-Laza, p.4 ; Le Quotidien, p.4 ; Tia Tanindrazana, p.2)
  • Après avoir effectué une descente au CHU Ravoahangy Andrianavalona dans la nuit du drame, le couple présidentiel a rassemblé au Palais des Sports et de la Culture, hier, les familles des 16 défunts. « Vous n’êtes pas seuls. On est avec vous. L’État est derrière vous » a déclaré Andry Nirina Rajoelina en guise de message de condoléances. Il a réitéré que l’État va appuyer logistiquement et financièrement pour les funérailles.  (Midi Madagasikara, p.5 ; La Vérité, p.3 ; Free news, p.5 ; Madagascar-Laza, p.2)
  • L’ancien Président Hery Rajaonarimampianina a également tenu à présenter ses condoléances aux victimes de la bousculade à Mahamasina. « C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris les tragiques événements qui se sont déroulés à Mahamasina, le 26 juin. Nous rendons hommage à ceux qui y ont perdu la vie, et exprimons nos condoléances et nos souhaits de réconfort aux familles éplorées. Nous souhaitons également un prompt rétablissement aux blessés, que Dieu vous bénisse et que sa grâce vous accompagne. Nous adressons nos prières au peuple malagasy, et pour Madagascar, notre chère patrie » a-t-il déclaré dans un communiqué publié le soir de la fête de l’indépendance. (Midi Madagasikara, p.5 ; Madagascar-Laza, p.2)
  • Le maire Lalao Ravalomanana est venu au chevet des familles des défunts, suite à la bousculade meurtrière survenue à Mahamasina. « En tant que citoyenne malgache, je suis venue témoigner de ma solidarité » a-t-elle fait savoir en échos aux valeurs malgaches qui mettent en avant l’entraide et la solidarité dans l’adversité. Le premier magistrat de la ville a tenu à apporter sa contribution financière aux soins médicaux des blessés. (Midi Madagasikara, p.5 ; Madagascar-Laza, p.2 ; Le Quotidien, p.6 ; Tia Tanindrazana, p.2)
  • « Contraint de m’absenter du pays à cause de l’évacuation sanitaire de mon épouse, je viens d’apprendre avec douleur et consternation la tragédie qui a fait des morts et des blessés à Mahamasina. Je prie le Tout-Puissant pour qu’Il guérisse les blessés, qu’Il accueille l’âme des disparus et qu’Il apporte réconfort aux familles » a affirmé l’ancien président Didier Ratsiraka. (Madagascar-Laza, p.2)
  • « Nous exprimons nos sincères condoléances aux proches des victimes décédées, hier, lors de la bousculade au Stade de Mahamasina, au Gouvernement, et souhaitons bon rétablissement aux blessés » a réagi l'Union africaine à travers son compte Twitter. (Les Nouvelles, p.2)
  • S'exprimant au nom du gouvernement américain, l'ambassade des États-Unis à Madagascar a affiché sa solidarité envers le peuple malgache par le biais d'une publication sur sa page Facebook. (Les Nouvelles, p.2)
  • Par le biais d'un communiqué de presse, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, chargé de la diaspora des Comores, a exprimé "sa solidarité constante" avec le gouvernement malgache en ne doutant pas de sa "capacité à surmonter cette épreuve". (Les Nouvelles, p.2)

 

Un peu d’humour

 

La Vérité, p.2