Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 25 juin 2019  

Revue de presse du 25 juin 2019   

 

D’une part, la dotation de nouveaux matériels aux éléments des forces de défense et de sécurité est à la Une des quotidiens d’aujourd’hui. La cérémonie de réception a eu lieu à Bani Ivato hier. D’autre part, le consortium des organisations de la société civile œuvrant dans la lutte contre la corruption attire l’attention sur l’effectivité de l’engagement du régime actuel dans ce combat.

 

Foyer de tension électorale

LES LEGISLATIVES SE SONT DEROULEES DANS LE CALME SELON SAFIDY

« En général, les élections législatives se sont passées dans la sérénité et dans le calme » une déclaration du Coordonnateur de l’observatoire Safidy, hier, à Ambatonakanga. Toutefois, Harijaona Andriamoraniaina a ajouté que des faits ont été soulevés durant la propagande, dont l’abus d’autorité de certains administrateurs publics, l’utilisation de matériels de l’État et la distribution d’argent dans l’achat du choix des électeurs. Des failles et des lacunes ont été également observées, entre autres, durant la préparation de ces élections à l’exemple de la mauvaise gestion du comité d’organisation de l’élection, le manque de compétences des délégués des candidats, situation qui a engendré des problèmes dans quelques bureaux de vote. (Madagascar Laza, p.2)

 

LEGISLATIVES : LE PARTI TIM DENONCE DES « HALA-BATO »

L’antenne locale du parti de Marc Ravalomanana dans le district de Mitsinjo lance un appel à l’endroit de la HCC. Un cri d’alarme lancé pour dénoncer les « hala-bato » durant les dernières législatives. Et de citer notamment le cas de « six bureaux de vote implantés dans le CEG de Namakia et dans les EPP de Beronono, Ambodimanga, Antongomena-Bevary et Ampasimalemy. Le TIM local accuse « les resprésentants de la CENI dans deux communes d’être le cerveau de ces fraudes massives avec la complicité des chefs fokontany et des présidents de bureaux de vote ». Il pointe également du doigt la deuxième adjointe au maire qui serait « une fervente partisane d’un candidat indépendant ». Ainsi, la liste des anomalies et des irrégularités est longue. Existence d’électeurs qui ont voté plus d’une fois, le cas du véhicule d’un candidat indépendant qui a collecté les PV dans quatre bureaux de vote ; une urne qui est restée toute la nuit chez un président de bureau de vote avec des bulletins pré-cochés le lendemain ; des personnes transportées avec le véhicule du candidat indépendant en question et/ou en taxi-brousse qui sont venues à Namakia alors qu’elles ne sont pas inscrites dans la circonscription ; des élus qui avaient fait campagne en faveur dudit candidat indépendant le jour du scrutin ; des urnes qui ont été remplies de bulletins malgré le taux de participation très bas. (Midi Madagasikara, p.2)

 

DISTRICT D’AMBANJA : LA POPULATION CONTESTE LA VICTOIRE DE L’IRD

Le district d’Ambanja, dans la région Diana, est en proie à de vives tensions résultant des différentes formes de fraudes électorales en faveur du candidat proche du pouvoir. Outre les investigations du BIANCO basées sur des présumés détournements effectués par le maire-candidat à la mairie de la ville, des fonctionnaires envisagent une saisine de la justice à la suite de ses agissements durant la campagne électorale. Conséquemment, les notables et les forces vives du district d’Ambanja exigent l’impartialité de la HCC sur les cas de fraudes électorales et abus d’autorité effectués par le maire d’Ambanja. Le candidat a en effet utilisé, à l’insu des concernés les photos du chef de la zone d’administration pédagogique et du directeur du CEG de la commune d’Anorotsangnana pour s’attirer l’affection des électeurs locaux. Les deux fonctionnaires vont ainsi porter l’affaire devant la justice pour exiger réparations et sanctions du politicien. Des témoins accusent également ce candidat d’avoir opéré des changements dans les procès-verbaux dans les communes rurales de Bemanevika et d’Antsirabe en constatant des différences entre les signatures initiales des membres du bureau de vote et celles apposées sur les documents devant être acheminés vers les centres de vérifications et de collectes du district. (Le Quotidien, p.6 ; Inona no Vaovao, p.3)

 

Dynamique politique

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : LA SOCIETE CIVILE TIRE LA SONNETTE D’ALARME

Le président de la République a inclut la lutte contre l’insécurité dans ses priorités. Depuis son ascension au pouvoir, il ne cesse d’afficher sa volonté de mettre fin à ce fléau. Toutefois, les membres de la société civile s’inquiètent sur l’effectivité et l’efficacité de ce combat. D’abord, les OSC engagées dans la lutte contre la corruption ont constaté que dans la Loi de Finances rectificative 2019, le budget alloué dans ce domaine a été réduit. Celui des Pôles Anti-corruption s’élève désormais à 3,9 milliards ariary, s’il a été estimé à 7 milliards d’ariary, une baisse de 44% donc. « Nous sommes préoccupés par cette baisse, d’autant plus que le montant prévu dans la Loi de Finances initiale 2019 était déjà faible par rapport aux besoins exprimés par la Direction de la Coordination Nationale des PAC » ont tonné les OSC qui ont ajouté que leur budget a globalement subi une baisse de 16%. Cette réduction affecte particulièrement la Direction de l’audit interne amputé de 92,2% et la Commission des marchés à 75,8%. Les membres de la société civile ont particulièrement mentionné le maintien des indemnités des membres de la Haute Cour de la Justice. En effet, ces indemnités s’élèvent à 20 millions d’ariary par mois par personne, jugées « anormalement élevées par rapport à la charge de travail actuelle de la HCJ que le citoyen devrait connaitre ». Pour conclure, les OSC ont indiqué que la Loi de Finances doit préserver les principes fondamentaux d’impartialité dans le traitement des acteurs publics et privés. Encore une fois, la société civile a formulé son souhait de consulter le texte avant son adoption. (L’Express de Madagascar, p.5 ; Les Nouvelles, p.2 ; La Gazette de la, Grande Ile, p.7-11 ; Le Quotidien, p.4 ; Tia Tanindrazana, p.3).

 

MORONDAVA : REBONDISSEMENT DE L’AFFAIRE DE L’ANCIEN DEPUTE DE MAHABO

Les habitants de Morondava ne cachent pas leur crainte par rapport aux rumeurs comme quoi l’ancien député de Mahabo Ludovic Adrien Raveloson, communément connu sous le nom de Leva planifie son évasion. Ces rumeurs ont provoqué l’annulation d’une liberté provisoire dont le politicien aurait bénéficié la semaine dernière. Les autorités locales ont par la suite procéder à la vérification d’une information sur une éventuelle sortie journalière que cet ancien député bénéficie. En conséquence, la surveillance a été renforcée. Ludovic Adrien Raveloson devait se présenter devant les enquêteurs pour une autre grave accusation mais il manquait aux appels deux fois. Il a donné comme motif son état de santé suite à son incarcération. La population locale ne cache pas leur crainte : « Nous serons en grand danger si jamais il peut s’extirper de la prison, d’une manière ou d’une autre. » (La Vérité, p.2)

 

Focus sur la sécurité

DE NOUVEAUX MATERIELS POUR LES FORCES DE L’ORDRE

Accompagné par les trois ministres en charge de la sécurité, le président de la République a assisté à la cérémonie de réception des nouveaux matériels pour l’Armée, la Gendarmerie et la Police nationale. Un avion de transport de troupes de type Casa et trois nouveaux hélicoptères ont été aperçus à Ivato, « Cet avion sera utilisé non seulement pour le transport des troupes, mais aussi pour les interventions en cas de catastrophes naturelles, pour l’acheminement des groupes électrogènes en vue de l’approvisionnement en électricité dans les zones reculées, pour le transport de médicaments et des personnels de la santé, ainsi qu’en cas d’évacuations sanitaires d’urgence » d’après les précisions du Chef de l’État. En d’autres termes, ces matériels serviront à satisfaire les besoins de tous les citoyens. Outre ces avions, des voitures 4x4 ont été aussi offertes aux forces de l’ordre. Par ailleurs, Andry Rajoelina a laissé entendre que cinq autres avions légers de type CESSNA arriveront bientôt. (Midi Madagasikara, p.2; Madagascar Laza, p.3; Inona no Vaovao, p.3). D’ailleurs, lors de son discours, Andry Rajoelina a lancé un appel à l’unité nationale, « Soyons unis, célébrons la fête nationale avec fierté. Je souhaite que nous tous, nous affirmions fièrement notre identité nationale, et que notre nation, que les malagasy soient capables de réussir. » Il a laissé entendre que le rééquipement des forces de sécurité entre dans ce désir de regain de la fierté nationale ; « Je souhaite que nous soyons fiers de nos forces armées » (L’Express de Madagascar, p.3). Le Chef de l’État a promis que ce n’est que le début. En effet, il a déclaré qu’il est possible de redonner leur juste valeur aux forces armées en leur procurant des équipements adéquats. Concernant le financement de ces matériels, Andry Rajoelina a déclaré qu’il provient du budget propre de l’État. Cela a pu être réalisé grâce aux réformes engagées par le gouvernement depuis quelques mois. (Les Nouvelles, p.3). « L’insécurité est notre adversaire commun. Alors ne nous attardons pas sur les sources financières mais plutôt sur l’impact de l’initiative de doter les militaires de moyens pour éradiquer le fléau. Le plus important c’est la volonté d’aller vers l’avant et ce malgré les obstacles qui peuvent surgir » a-t-il ajouté (La Vérité, p.3). Freenews a par ailleurs couvert en photo la réception des matériels par les forces de défense et de sécurité au Bani Ivato. (p.4)

 

Vu sur le web

3 000 MILITAIRES PARTICIPERONT À LA PARADE DE DEMAIN

Des militaires étrangers prendront part à la parade qui se tiendra au stade de Mahamasina demain, dans le cadre de la célébration de l’indépendance. Les forces militaires comoriennes, la Police militaire mauricienne et la Force armée de la zone sud de l’Océan indien (FAZSOI) basée à La Réunion y défileront. Les voitures blindées récemment octroyées aux forces de l’ordre y seront observés, une dizaine d’hélicoptères et avion qui serviront à l’armée malgache participeront à un spectacle aérien. Le défilé débutera à 14 heures et durera environ 2h. Les portes du stade de Mahamasina seront ouvertes dès 9h du matin. Des dispositifs de sécurité particuliers ont été pris pour cet évènement. Des caméras de surveillance installées dans ces endroits et des drones ont également déployés pour surveiller de près Anosy, Mahamasina et leurs environs. (Le Quotidien, p.3 ; https://www.madagascar-tribune.com/3-000-militaires-200-voitures-et-2h-de-defile.html)

 

Un peu d’humour

 

La Gazette de la Grande Ile, p.5