Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 02 juillet 2019  

Revue de presse du 02 juillet 2019   

 

La proclamation des résultats officiels des élections législatives du 27 mai retiennent l’attention des médias d’aujourd’hui. Les journaux annoncent la proclamation ce jour et voient l’éventualité d’élections partielles.

 

Foyer de tension électorale

TOLIARA II : DES CANDIDATS INTERPELLENT LA HCC

Des candidats aux législatives dans le district de Toliara II ont déposé des requêtes auprès de la CENI et de la HCC. Pour appuyer leurs preuves, ils ont apporté des constats d’huissier. Ces requérants reprochent à un candidat de leur district de ne pas avoir déposé une lettre de démission auprès du Chef de district. Ainsi, ils dénoncent le candidat de ne pas avoir respecté les dispositions légales relatives à la neutralité de l’administration. L’huissier de justice qui traite le dossier a envoyé une sommation interpellative au Chef de district  pour demander la situation dudit candidat. Aussi, les candidats plaignants ont envoyé un deuxième dossier à la HCC par rapport au non existence d’affichage des résultats provisoires du vote auprès du district. (Madagascar Laza, p.2)

 

Processus électoral

RESULTATS OFFICIELS DES LEGISLATIVES : VERS DES LEGISLATIVES PARTIELLES

La Haute Cour Constitutionnelle va proclamer les résultats du scrutin du 27 mai aujourd’hui à 16 heures. Toutefois, les politiciens et les observateurs attendent l’issue des requêtes en contentieux qui comptent, d’après les précisions de la HCC, un total de six-cent quatre-vingt-quatre. La plupart des requérants espère des annulations totales ou partielles des opérations électorales dans les bureaux de vote où des anomalies et irrégularités ont été observés. Certains candidats malheureux d’après les résultats de la CENI espèrent que la HCC va redresser la situation. D’après Midi Madagasikara, les juges électoraux pourraient ordonner la tenue des législatives partielles dans les districts de Betroka, Ambovombe, Soalala, Ambositra, Toliary II, Mampikony, Mahajanga II, Mitsinjo (…) s’ils estiment que les suspicions de fraudes et de manipulations de vote sont fondées et de nature à altérer le sens du vote. (p.3). Dans les coulisses de la HCC, durant le traitement des requêtes et sur la base de certains faits constatés, il y aurait une probabilité pour que des annulations de voix ou des résultats dans des bureaux de vote soient ordonnées. Les plaintes reçues par la HCC dénoncent plusieurs cas allant des suspicions de fraudes au non-respect de la neutralité. Le manquement à la neutralité serait le plus dénoncé dans les requêtes. Lors de la publication des résultats provisoires, la CENI avait déjà fait part de ses doutes concernant les résultats de quelques circonscriptions, les districts d’Analalava, Tsihombe, Ambositra et Marovoay ont été ainsi épinglés, note L’Express de Madagascar (p.3). La Gazette de la Grande Ile pour sa part, s’inquiète sur les changements qui vont s’opérer au niveau de l’Assemblée nationale. Les citoyens ont toujours reproché aux députés de ne chercher que leurs propres intérêts. Les histoires de « mallette » ont entaché l’image des élus de la Chambre Basse. Une affirmation justifiée par le faible taux de participation lors des dernières élections. Ainsi, on attend un changement de la part des futurs députés (p.5). En page 10, le journal partage l’éventualité d’élections partielles. Selon Free News, les résultats de la HCC ne s’écarteront pas de ceux de la CENI, et confirmeront que « les grands favoris » de la plateforme IRD remportent la victoire. Une majorité parlementaire forte et stable, estime le journal, qui soutient que les candidats de cette formation politique ont su faire valoir leurs compétences et leur dignité tout au long de la campagne. « Ils sont dotés d’une vraie vision et vont pouvoir changer l’image de l’Assemblée nationale » lance le journal. Dans la foulée, Free News déclare que le TIM vient de prendre fin. S’il a réussi à maintenir un équilibre dans la capitale, les TIM n’ont obtenu que quelques voix dans des localités réputées être les fiefs de la formation (p.2). La HCC va jouer de sa crédibilité aujourd’hui, tonne Le Quotidien. Son image stéréotypée se résume en trois mots : « recevable mais infondée ». Depuis la proclamation des résultats controversés de l’élection présidentielle au début de cette année, la notoriété de l’institution a été remise en question. La CENI a déjà relevé qu’il y a eu des irrégularités lors des dernières législatives. Le Quotidien informe que la plupart des requêtes reçues par la HCC remettent en cause les candidats de l’IRD, et c’est là que les observateurs guettent la décision de la HCC. (p.3 ; https://www.madagascar-tribune.com/La-HCC-va-publier-les-resultats-definitifs-des-legislatives-ce-jour.html)

 

CHARTE TOKY NOMENA : LE COMITE PARITAIRE INTERPELLE LES CANDIDATS

Le comité paritaire ayant élaboré la charte de bonne conduite des candidats aux législatives, dénommé « Toky Nomena » a publié un communiqué de presse. D’après les membres du comité, nombreux candidats ont manqué aux dispositions prévus par le document, ainsi qu’à leurs engagements. Et d’ajouter, même si 68% des candidats aux législatives ont adhéré à la Charte, « plusieurs dispositions n’ont pas été respectées ». Ils ont entre autres cité, l’utilisation des biens publics ou encore les diffamations. Quoi qu’il en soit, le Comité s’exprimera après la proclamation des résultats officiels. À noter que dans la capitale, 63 sur les 103 candidats l’ont signé. (Les Nouvelles, p.2 ; Le Quotidien, p.3)

 

REVISION DE LA LISTE ELECTORALE

Une révision de la liste électorale avant la tenue des communales sera lancée par la CENI. En effet, après les anomalies constatées sur les fichiers électoraux, la Commission électorale souhaite apporter des rectifications. L’objectif de cette réouverture de la liste est celui  de permettre aux électeurs qui n’ont pas pu voter à cause des anomalies de s’inscrire. Le rapporteur général de la CENI, Fano Rakotondrazaka a déclaré hier qu’ils sont à pied d’œuvre et sont en train de recenser ceux qui ont été omis. Ainsi, une liste de ces personnes sera envoyée vers les fokontany. « Les citoyens pourront venir vérifier leur nom au niveau des fokontany. Une copie de la liste électorale utilisée lors de la présidentielle et une autre copie utilisée lors des législatives seront mises à leur disposition » a ajouté Fano Rakotondrazaka. (Les Nouvelles, p.3)

 

Dynamique politique

RECONCILIATION NATIONALE : LES BAREA ONT REUSSI LA OU LE CFM A ECHOUE

Alphonse Maka, président du CFM a réagi par rapport à la performance de l’équipe malgache de football durant la Coupe d’Afrique des Nations. Il est évident que la victoire des Barea a ravivé le patriotisme et la fierté nationale des malagasy, confie Midi Madagasikara. Et d’après le président du CFM, ce n’est pas une grande première en Afrique car le foot est effectivement un instrument conciliateur et réconciliateur : « C’est un cas qui s’est déjà produit en Côte d’Ivoire en 2016, en plein crise, lors d’un match qui a opposé les équipes ivoirienne et malagasy. C’est pour dire que le foot est véritablement un unificateur » s’est-il réjouit. Midi Madagasikara se demande d’ailleurs ce que le CFM peut en tirer. Bien sûr la mission de l’institution est ardue mais elle est alimentée par le budget de l’État et jusqu’à présent on n’a rien vu de concluant, note le quotidien. C’est dans cette optique de réconciliation que la CENI, le Bianco, le mouvement Rohy, et Transparency International ont élaboré la Charte de bonne conduite  des candidats à la présidentielle et ont sollicité ces derniers à la signer. Ainsi, le candidat élu s’engagera à organiser dans un délai raisonnable un dialogue national pour la Refondation de la Nation et de la République, gage de la stabilité nationale. Certes, le président actuel n’a pas signé la Charte mais il est toutefois lié par ces dispositions. (p.3). Pour La Vérité, les Barea ont compris le message du président de la République disant que nous allons rattraper le retard de développement accumulé en 59 ans. En se qualifiant à la CAN, les Barea ont réussi là où leurs prédécesseurs tentaient en vain de gravir depuis le début des années 60. L’entrée de la sélection  malagasy dans le cercle très fermé de la CAN a fait tourner les attentions vers Madagascar. À l’issu de la victoire contre le Burundi, la curiosité des observateurs a été éveillé et le succès retentissant face au Nigéria l’a fait passer au summum. Il ne s’agit pas de miracle mais c’est grâce à la cohésion, la solidarité, la vision du leader et bien évidement le soutien indéfectible de la population et des dirigeants du pays. En effet, en débloquant une grosse somme, l’État a démontré sa confiance en ses footballeurs. Fortement critiqué par les détracteurs du régime en place, l’initiative a été payée. Les Barea ont montré la voie aux réticents que faire front commun autour d’une cause commune demeure la base du développement (p.3). À part le président Andry Rajoelina, Rivo Rakotovao, président du Sénat a aussi réagi par rapport à la victoire des Barea : « cette victoire a rassemblé les Malagasy et pour une fois on a vibré avec le même son ». Quant à Tabera Randriamanantsoa, il a affirmé que « le sport nous réunit, il a réussi où beaucoup de système ou de personnes ont échoué. Le sport et la musique font connaitre un pays au monde entier et grâce aux Barea, nous serons mieux connus. » (Madagascar Laza, p.3)

 

Focus sur la sécurité

MISE EN PLACE DES ZONES RURALES PRIORITAIRES DE SECURITE

Afin de renforcer la sécurité et rétablir l’ordre sur le territoire, l’Armée Malagasy a décidé de mettre en place des Zones Rurales Prioritaires de sécurité ou ZRPS. La ZRPS Delta a été installée à Tsaratanàna et dans le Nord ; le ZRPS Bravo dans la région Vakinankaratra ; la ZRPS Charlie pour le Bongolava et Menabe et enfin la ZRPS Alpha mise en place à Ihosy. Ces localités sont toutes classées des zones rouges. Les militaires envoyés en mission ont été également dotés de gilets pare-balle et équipés de 4X4 et d’hélicoptère. De plus, leur prime globale d’alimentation a été augmentée à 5 500 ariary. Ils ont également été formés spécialement pour cette mission pendant deux mois. (Midi Madagasikara, p.2)

 

Un peu d’humour

 

La Gazette de la Grande Ile, p.5