Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 6 septembre 2019

Revue de presse du 6 septembre 2019

L’attention des journaux est focalisée sur l’arrivée du Pape François prévue ce jour. Les quotidiens ont notamment livré les détails sur le séjour du souverain pontife en terre malgache. Sur le volet électoral, les collaborations en matière de traitement des contentieux électoraux ont intéressé la presse.

Processus électoral

CONTENTIEUX ELECTORAUX : COLLABORATION ENTRE L’OBSERVATOIRE SAFIDY ET l’ANJA

L’Observatoire SAFIDY et l’ANJA ou Association nationale pour la justice administrative ont signé une convention de partenariat hier, dans le cadre du diagnostic du processus électoral et de l’élaboration d’un guide pratique sur le contentieux électoral. Ce document s’inspirera d’une part, des résultats des travaux issus de l’atelier national sur le diagnostic de l’environnement électoral à Madagascar qui verra la participation des représentants de la société civile, des membres du Barreau de Madagascar, des représentants des six tribunaux administratifs, ainsi que des représentants du Conseil d’Etat. D’autre part, le guide fera référence aux jurisprudences recueillies auprès des tribunaux administratifs, du Conseil d’Etat et des tribunaux de première instance, enrichies par les observations de la société civile. Le partenariat entre le SAFIDY et l’ANJA a pour but de promouvoir la transparence et la légitimité du processus électoral ainsi que de la redevabilité des institutions électorales, et de promouvoir la justice administrative par un appui technique sur le contentieux électoral. A noter que la collaboration entre le SAFIDY et l’ANJA s’étalera sur deux mois et débutera par l’atelier national sur le diagnostic de l’environnement électoral à Madagascar et prendra fin par la production du guide. A cet effet, les Organisations de la société civile dans les zones d’interventions du SAFIDY bénéficieront de formations sur l’utilisation du guide pratique, pour que les OSC puissent disposer des éléments nécessaires pour faire face aux élections communales et municipales du 27 novembre prochain, en leur permettant notamment de déposer des requêtes de qualité au niveau des juridictions concernées. La finalité de cette collaboration est de réduire les risques de résurgence de contestations lors de la publication des résultats des élections et de crédibiliser le processus électoral, et ainsi instaurer la paix sociale. D’après les précisions de Madagascar-Laza, ANJA est une association à caractère scientifique créée en 2009 ayant pour but d’initier et de conduire toute action promouvant la juridiction administrative, notamment en encourageant des études, recherches, et des manifestations scientifiques dans le domaine du droit et du contentieux administratif. L’association est composée de magistrats de l’ordre administratif (p.3). Grâce à ce guide qui sera élaboré par le SAFIDY et l’ANJA, la situation devrait désormais s’améliorer pour les candidats qui veulent déposer un recours au niveau de la Haute cour constitutionnelle, estime Les Nouvelles, p.2.

 

COMMUNALES ET MUNICIPALES : LA CENI INVITE LES CANDIDATS A SE HATER A DEPOSER LEURS DOSSIERS DE CANDIDATURE

Face à l’hésitation des candidats aux élections communales et municipales à déposer leurs dossiers de candidature auprès des Organes de vérification et d’enregistrement de candidatures au niveau des districts, les membres de la Commission électorale nationale indépendante lancent un appel permanent aux candidats de ne pas attendre le dernier jour pour déposer leurs candidatures et ce, afin de prévoir les éventuels problèmes de dernières minutes. Aussi, la CENI a décidé de faciliter la collecte des dossiers nécessaires. La Commission a ainsi envoyé des consignes au niveau des OVEC indiquant que désormais, les candidats peuvent homologuer leurs signatures auprès des communes sans passer par le Chef de district ou par la Préfecture. D’autre part, lors de sa récente intervention sur une station de télévision de la capitale, le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo a martelé qu’il n’y aura pas de report de la date butoir des dépôts de candidatures aux élections communales et municipales. Il a ainsi rappelé le décret pris par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation qui mentionne que la date prévue pour les dépôts de candidatures s’étale du 29 août au 12 septembre (Madagascar-Laza, p.3). A moins d’une semaine de la clôture du dépôt des dossiers de candidature pour les élections, la réticence des candidats est manifeste. Et pourtant, la CENI devrait présenter un bilan allant dans ce sens ce jour à son siège à Alarobia, indique Le Quotidien, p.4.

Dynamique politique

SUR LE PROGRAMME OFFICIEL DU PAPE FRANÇOIS DANS LA GRANDE ILE

Le Pape François arrivera à l’aéroport international d’Ivato ce jour à 16h30. Le coup d’envoi d’une visite apostolique dans la Grande Ile qui durera 4 jours. Demain 7 septembre, il rencontrera le président de la République, puis les autorités, la société civile et le corps diplomatique au palais d’Etat d’Iavoloha. Il prononcera ensuite une homélie lors de l’office de tierce au Monastère des carmélites déchaussées. Dans l’après-midi, le Pape François rencontrera les évêques du pays à la Cathédrale d’Andohalo. Puis, il visitera la tombe de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo. Il conclura la journée du 7 septembre en participant à une veillée avec les jeunes dans le champ diocésain à Soamandrakizay. Le 8 septembre, le Pape François célèbrera une grande messe, lors de laquelle il récitera la prière d’Angélus où un million de fidèles sont attendus pour cet événement à Soamandrakizay. Dans l’après-midi, le Pape François effectuera une visite du village Akamasoa du Père Pedro. Ensuite, il se rendra sur le chantier de Mahatazana pour y réciter une prière pour les travailleurs. Une rencontre avec les prêtres, religieux, les personnes consacrées et les séminaristes est également prévue se tenir au Collège Saint-Michel (Midi Madagasikara, p.26 ; La Gazette de la Grande Ile, p.5 ; La Vérité, p.4-5). L’agenda du Pape lors de sa visite en terre malgache est très chargé, remarque Madagascar-Laza, p.2. Ce voyage papal entre dans le cadre de sa tournée dans la région Sud-Ouest de l’Afrique et de l’Océan indien, précise L’Express de Madagascar. Dans son périple, le Saint-Père a fait une escale au Mozambique, qu’il quittera dans la matinée, pour rejoindre Madagascar. Une escapade à Maurice est également prévue dans son programme, le 9 septembre prochain, avant de retourner dans la Grande Ile, dans la soirée même. D’autre part, la dimension politico-diplomatique de la visite pontificale dans la Grande Ile a amené le Président Andry Rajoelina à s’impliquer dans les préparatifs, souligne le quotidien. Pour la énième et, certainement, la dernière fois, il est descendu sur le site de Soamandrakizay, hier, en fin de soirée, pour voir l’état des préparatifs (L’Express de Madagascar, p.3).

  • « La visite du pape François doit marquer un nouveau départ pour le pays. J’espère que cette visite apportera à Madagascar l’unité nationale et nous aidera à trouver le bon chemin pour le développement », estime Robert Razaka, président du parti « Avotse Tanindraza Madagasikara ». D’après Robert Razaka, cette visite constitue une occasion pour les politiciens de se rapprocher et de bâtir une vraie réconciliation nationale, étant donné que depuis des années, le paysage politique au pays est marqué par la division. D’autre part, le président de l’ATM déplore que les politiciens ne trouvent pas un terrain d’entente en ce qui concerne le statut de l’opposition. Le pire est que malgré ses richesses naturelles considérables, Madagascar reste un pays extrêmement pauvre suite à la mauvaise gestion du pays et l’égoïsme des dirigeants successifs, conclut l’ancien sénateur (Madagascar-Laza, p.2).

 

LA HCC DECLARE CONFORME A LA CONSTITUTION LES MODIFICATIONS APPORTEES AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA CHAMBRE BASSE

La décision de la Haute cour constitutionnelle par rapport au contrôle de constitutionnalité sur les modifications apportées au règlement intérieur de la Chambre Basse vient de sortir. Par sa décision n° 16-HCC/D3 du 5 septembre 2019, la HCC a déclaré conformes à la Constitution, les retouches apportées à ce texte régissant le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Toutefois, la Cour a émis des réserves par rapport à quelques articles liés aux droits et avantages des députés, tels que ceux relatifs à l’obtention du passeport diplomatique. La HCC a donné des précisions sur la formalité de délivrance de cette pièce d’identité, un détail qui ne se trouve pas dans les modifications apportées au règlement intérieur. En effet, le nouveau règlement intérieur du palais de Tsimbazaza indique tout simplement dans son article 212 que « les députés bénéficient des prérogatives suivantes : (…) un passeport diplomatique ». A cet effet, les juges constitutionnels ont dû rappeler que « les modalités de délivrance du passeport diplomatique et du passeport de service relèvent du domaine du règlement, donc de l’Exécutif. Sous cet angle, il appartient à l’Exécutif, et plus précisément au ministre des Affaires étrangères, de délivrer le passeport diplomatique, en fixant par arrêté la liste des bénéficiaires. Son utilisation est par ailleurs, soumise aux règles en matière de relations internationales et aux usages diplomatiques applicables à tous les Etats, afin d’en éviter les utilisations abusives. Autrement dit, les conditions de délivrance de cette pièce d’identité aux parlementaires restent les mêmes que pour les hauts fonctionnaires. Ainsi, comme tout autre demandeur, les députés doivent notamment justifier dans leur dossier leur ordre de mission ou la raison de leur voyage à l’extérieur. En outre, la HCC a émis des remarques sur des modifications pouvant alourdir les dépenses de l’Etat. Il s’agit des articles 21 et 24 du règlement intérieur qui augmentent le nombre d’assistants et de conseillers des membres du Bureau permanent de la Chambre Basse (Les Nouvelles, p.2 ; Midi Madagasikara, p.2). Après l’étape du contrôle de constitutionnalité, le nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale entre en vigueur. Les députés doivent ainsi se contenter des quelques avantages déjà acquis, souligne L’Express de Madagascar, p.5. La HCC n’a pas été tendre envers l’Assemblée nationale dans sa décision de contrôle de constitutionnalité du règlement intérieur de cette institution, opine Le Quotidien. La Cour d’Ambohidahy a remonté les bretelles des parlementaires en les recadrant sur leurs tendances à abuser du pouvoir pour s’octroyer des privilèges ostentatoires, conclue le journal (p.3).

 

MARC RAVALOMANANA : POUR LA COLLABORATION ENTRE L’ETAT CENTRAL ET LES CTD

A quelques jours de la fin des mandats des maires, l’ancien Chef d’Etat Marc Ravalomanana a donné ses conseils par rapport à la relation entre l’Etat central et les Collectivités territoriales décentralisées, et particulièrement entre l’Etat et les communes. Les deux doivent collaborer ensemble pour le développement du pays, étant donné que les communes sont des démembrements de l’Etat, souligne Marc Ravalomanana. Il a parlé en connaissance de cause puisqu’il a été maire de la Commune urbaine d’Antananarivo avant d’accéder à la Magistrature suprême en 2001, estime Madagascar-Laza. La question sur la relation entre les CTD et l’Etat est toujours d’actualité, dans la mesure où de nombreux maires se sont toujours plaints durant leurs mandats que le gouvernement n’ait pas respecté ses obligations. Pour cause, bon nombre de communes n’auraient pas obtenu leurs subventions, poursuit le quotidien. En outre, Marc Ravalomanana qui est actuellement Conseiller spécial de la mairesse de la capitale a tenté de calmer un peu la situation étant donné que, ces derniers jours, la relation entre la CUA et l’Etat central a été mise à mal à cause de l’affaire du stade de Mahamasina, conclut Madagascar-Laza, p.3.

Un peu d’humour

L’Express de Madagascar, p.3