Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 11 septembre 2019

Revue de presse du 11 septembre 2019

La clôture imminente de la période de dépôt de dossier de candidature aux élections communales se trouve au cœur de l’actualité de ce jour. A ce jour, la Commission Electorale Nationale Indépendante accuse un total de 158 dossiers reçus. Les journaux se sont également penchés sur la décision de la plateforme de l’opposition de soutenir la candidature de Marc Ravalomanana à l’élection du Maire de la capitale.

Processus électoral

COMMUNALES : MARC RAVALOMANANA CANDIDAT DE LA PLATEFORME DE L’OPPOSITION

La plateforme de l’opposition, RMDM, a annoncé hier, le nom de Marc Ravalomanana comme son candidat aux communales dans la capitale. Selon le vice-président de la plateforme, Tabera Randriamanantsoa, cette décision a été prise suite à l’analyse de plusieurs dossiers à l’issue de laquelle il est apparu que la candidature de l’ancien Président soit la plus convaincante. Il a ainsi souligné que la ville d’Antananarivo a besoin d’un leader expérimenté pour assurer son développement, ce qui répond, selon lui, au profil de Ravalomanana. Le politicien Edouard Tsarahame a quant à lui, exhorté les Tananariviens à venir accompagner le candidat unique de l’opposition ce jeudi lorsqu’il déposera son dossier de candidature à l’Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures à Nanisana. Ce sera également l’occasion pour l’opposition de réaliser une grande marche. La plateforme a, par ailleurs, expliqué qu’« à l’issue de son élection en tant que maire de la capitale, Marc Ravalomanana accèdera, par la même occasion, au titre de chef de l’opposition ». Midi Madagasikara s’interroge si le pouvoir trouvera un candidat qui pourra tenir tête au numéro un du TIM. Selon le quotidien, cet exercice constitue « un vrai casse-tête » pour l’IRD au même titre que le dilemme auquel ils sont confrontés suite à l’annonce de la candidature de Roland Ratsiraka pour les communales de Toamasina. (Midi Madagasikara p.3 ; L’Express de Madagascar p.5 ; Madagascar-Laza p.3 ; Le Quotidien p.3) L’Express de Madagascar soutient que pour l’instant, Marc Ravalomanana entretient le flou sur sa candidature ou non aux élections. D’ailleurs, la candidature de l’ancien Président a également été sollicitée par son parti lors de son congrès national tenu le 13 juillet dernier. Des sources avaient alors laissé comprendre que Marc Ravalomanana hésitait à se lancer dans la course. Cependant, selon toujours le quotidien, les derniers agissements du numéro un du TIM laissent penser qu’il a peut-être décidé de rejoindre les rangs des candidats aux communales. L’Express de Madagascar rappelle que lors de la dernière assemblée générale des employés de la commune, c’est Marc Ravalomanana qui a tenu les rênes. Cependant, ajoute le journal, l’élection de Ravalomanana au poste de maire d’Antananarivo pourrait être un cadeau empoisonné s’il avait dans ses projets de briguer par la suite le siège présidentiel. « Le bilan chaotique de son épouse dont il est le conseiller spécial ne joue pas en sa faveur », opine le journal (p.5) De son côté, Les Nouvelles se penche sur la décision de Marc Ravalomanana de se présenter sous les couleurs de l’opposition et non de son parti. Cela démontrerait que l’ancien Président « n’aurait plus confiance en sa propre formation ». D’autre part, Ravalomanana serait en quête d’une nouvelle image auprès des Tananariviens « pour masquer la mauvaise gestion laissée par sa femme ». (Les Nouvelles p.3) La Gazette de la Grande Ile, pour sa part, estime que la décision de Marc Ravalomanana de se présenter aux communales est réellement singulière. Le journal fait remarquer que parmi tous les anciens Présidents malgaches, seul celui-ci a osé se présenter à un poste inférieur à celui qu’il avait précédemment occupé. (p.11) Pour La Vérité, cette candidature « serait à la fois téméraire et ridicule » vu le fiasco connu par l’épouse de Ravalomanana tout au long de son mandat. Selon toujours le quotidien, l’échec de Lalao Ravalomanana est également l’échec de son mari. (La Vérité p.3) Tia Tanindrazana soutient que Ravalomanana a déjà fait ses preuves au cours de ses mandats présidentiels et en tant que maire de la capitale. (p.3)

DEPOT DE CANDIDATURE AUX COMMUNALES : AUCUN REPORT PREVU

Les OVEC reçoivent une vague de candidatures après un début un peu timide. Il est fort possible que les démembrements de la CENI soient confrontés à des heures de travail très chargées. De son côté, l’organe de régulation des élections a fait savoir qu’aucun report de la date de dépôt des dossiers n’est prévu. Ainsi, tous devront se conformer aux instructions données pour la période de dépôt de candidature. Les OVEC seront disposés à recevoir tout candidat d’ici demain à 17 heures. (L’Express de Madagascar p.5 ; Madagascar-Laza p.3) Cependant, étant donné l’absence de candidats dans certaines circonscriptions, des élections partielles pourraient être envisagées.  En effet, près de 90% des communes n’ont reçu aucune candidature à un jour de la fin de la période consacrée à cet exercice. En tout, 150 dossiers seulement ont été reçus par tous les OVEC du pays. Ainsi, la CENI prévoit que des élections auront lieu dans les circonscriptions comptant des candidats. Pour les cas des autres circonscriptions, des procès-verbaux de carence seront dressés afin d’organiser des élections ultérieurement. Aussi, étant donné la situation critique de ces circonscriptions et le prolongement du vide administratif, le gouvernement devra se charger du bon fonctionnement de ces collectivités jusqu’à l’élection de leurs maires. (Les Nouvelles p.3 ; Le Quotidien p.3) Face à la situation, La Gazette de la Grande Ile argue que l’on pourrait croire que la fonction de maire n’intéresse plus. (p.9) Les raisons de ce manque d’empressement reste un mystère, selon Free News car les candidats qui ont présenté tôt leur dossier ont pourtant l’avantage de pouvoir le compléter sereinement si celui-ci présentait des pièces manquantes. (p.5)

  • Dans la commune rurale de Talatamaty, Raharinoasy Elie Dominic du parti TIM a déposé son dossier de candidature. (Midi Madagasikara p.3)
  • Roland Ratsiraka a également déposé sa candidature aux communales de Toamasina. Pour ce qui est de son statut de député, l’intéressé n’est soumis à aucune règle sur le cumul des fonctions électives contrairement aux maires candidats, démissionnaires d’office. Selon la CENI, Roland Ratsiraka devra toutefois faire un choix entre ces deux fonctions, s’il venait à être élu. (Les Nouvelles p.2)

 

Dynamique politique

GESTION DU PATRIMOINE DE L’ETAT : LES ANCIENS CHEFS D’INSTITUTION INVITES A REMETTRE LES CLES DE LEUR RESIDENCE DE FONCTION

Le ministère de l’Economie poursuit sa campagne pour la bonne gouvernance. A cet effet, l’institution a appelé les anciens chefs d’institutions et Premiers ministres à observer les dispositions de l’article 4 du décret n°2016-075 déterminant les droits et avantages attribués aux anciens chefs d’institution. Ce texte stipule que les anciens chefs d’institutions jouissent des avantages liés à leur ancien poste pour une durée de 6 mois seulement. Midi Madagasikara fait remarquer que cette disposition n’a jamais été respectée et pour preuve, de nombreux ex Premiers ministres continuent d’occuper les logements qui leurs avait été assignés du temps de leurs mandats. Monja Roindefo, Camille Vital et Jean Ravelonarivo occuperaient toujours leurs maisons de fonction, tandis que Jean Omer Beriziky a remis les clés de sa résidence hier. Les clés ont ainsi été déposées entre les mains des responsables de la direction du Patrimoine de l’Etat. Le quotidien a par ailleurs, rappelé que cette initiative fait suite à la décision du Gouvernement d’assainir la gestion du patrimoine de l’Etat et ce, conformément aux législations en vigueur. (Midi Madagasikara p.4 ; La Vérité p.2)

Un peu d’humour

L’Express de Madagascar p.6