Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 8 octobre 2019

Revue de presse du 8 octobre 2019

La descente du président de la République à l’aéroport international d’Ivato hier figure à la Une de l’actualité. Une visite faisant suite aux nombreuses doléances des passagers par rapport à la gabegie qui règne au sein de cet aéroport. Sur le volet économique, la rencontre entre la délégation du MEDEF avec le Chef de l’Etat retient l’attention des quotidiens.

Processus électoral

ELECTIONS COMMUNALES ET MUNICIPALES : RENFORCEMENT DE CAPACITE DU CONSEIL D’ETAT ET DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

En vue de promouvoir la réussite des élections communales et municipales du 27 novembre prochain, l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes, sous l’égide du ministère de la Justice, en partenariat avec la Haute cour constitutionnelle, la Commission électorale nationale indépendante, le Programme des Nations Unies pour le développement et, dans le cadre du Soutien au cycle électoral à Madagascar a organisé depuis hier, jusqu’au 10 octobre prochain, un atelier de formation des magistrats portant sur le thème du « Renforcement des capacités du Conseil d’Etat et des Tribunaux administratifs, en tant que juridictions électorales en charge des contentieux et de la proclamation des résultats ». Afin de renforcer la crédibilité et la sincérité des élections à venir, et contribuer à la garantie de la libre expression du suffrage, l’atelier de renforcement de capacités entend améliorer l’appropriation du cadre normatif régissant les élections communales, et promouvoir une lecture et une interprétation communes des dispositions législatives et réglementaires, en vue d’une optimisation de la fonction juridictionnelle. L’atelier vise ensuite à renforcer la connaissance et la maîtrise des dimensions réelles des élections communales par les membres des juridictions électorales. Il a également pour but d’optimiser la gestion des contentieux électoraux et la proclamation des résultats des élections communales, et enfin de promouvoir la mutualisation des acquis et des investissements réalisés en matière électorale, par un cadre de concertation entre la HCC, le Conseil d’Etat et les Tribunaux Administratifs. « Il est important pour les juges des six Tribunaux administratifs du pays de connaître les changements apportés aux textes électoraux pour qu’ils puissent les maîtriser. Il faut également qu’ils aient une lecture commune des textes sur des cas similaires », a indiqué le président de la HCC, Jean Eric Rakotoarisoa. Contrairement à l’élection présidentielle de 2018 et aux dernières législatives, le traitement des résultats des élections communales et municipales sera placé sous la responsabilité des Tribunaux Administratifs. En effet, ces derniers sont en charge de traiter toutes les requêtes contentieuses relatives aux élections territoriales. Aussi, les six Tribunaux Administratifs implantés dans chaque chef-lieu de province procèderont à la proclamation officielle des résultats dans un délai de 30 jours à partir de la date de publication des résultats provisoires par la CENI. Pour sa part, le Conseil d’Etat statue en cassation sur tout pourvoi formé pour violation de la loi contre les jugements rendus par les Tribunaux Administratifs. Ainsi, à la différence de la décision de la HCC, celle des Tribunaux Administratifs n’a pas un caractère irrévocable. De ce fait, les candidats non satisfaits des décisions auront le droit de déposer un recours au niveau du Conseil d’Etat (Madagascar-Laza, p.5 ; Les Nouvelles, p.2 ; Midi Madagasikara, p.5 ; L’Express de Madagascar, p.6 ; Le Quotidien, p.3 ; Inona no Vaovao, p.2).

  • En marge de sa visite à l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes hier, le ministre de la Justice Jacques Randrianasolo a fait savoir que le texte sur la grâce présidentielle n’est plus qu’une question de temps et de procédure. A entendre les propos du Garde des Sceaux, son département a déjà envoyé auprès de la Présidence de la République le texte relatif à ce sujet. « Actuellement, les responsables au sein de la Présidence seraient en train de décortiquer ce projet de texte. Nous attendons ainsi une décision par rapport à cette procédure qui devrait tomber dans les prochains jours », a annoncé le ministre de la Justice (Les Nouvelles, p.3).

CONTENTIEUX ELECTORAUX : ATELIER DE FORMATION AU SEIN DE L’OBSERVATOIRE SAFIDY

Depuis le 4 octobre dernier, l’Observatoire SAFIDY organise à Ambatonakanga une formation des observateurs dans 117 districts de la Grande Ile sur le renforcement de la procédure de contentieux électoraux. Joint au téléphone hier par Les Nouvelles, la responsable de la communication de l’Observatoire SAFIDY, Elisa Razafiniarivo a indiqué que « la formation vise à diriger les observateurs électoraux vers les procédures à suivre pour constituer un dossier auprès des juges. Nous leur présentons tous les éléments nécessaires au contentieux électoral ». Pour ce faire, le SAFIDY est en étroite collaboration avec l’Association des juges administratifs. « Nous avons décidé de prendre cette voie pour éviter les incompréhensions de la population lors de la publication officielle des résultats », poursuit Elisa Razafiniarivo. A noter que la formation s’est achevée le 6 octobre dernier et les responsables des 117 districts commenceront immédiatement à se familiariser avec toutes les procédures électorales (p.2).

Dynamique politique

DESCENTE DU CHEF DE L’ETAT A L’AEROPORT D’IVATO

Comme il l’a annoncé lors d’une émission spéciale diffusée sur la Télévision nationale dimanche soir, le Président Andry Rajoelina a effectué hier une descente à l’aéroport international d’Ivato, pour constater de visu les méthodes de travail de la Police de l’Air et des Frontières. Cette initiative du locataire d’Iavoloha a été prise suite aux diverses plaintes formulées par les voyageurs. Accompagné du ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur général de police, Roger Rafanomezantsoa, le Chef de l’Etat a constaté de visu tout le circuit auquel les passagers doivent se soumettre pour le contrôle et les formalités avant embarquement. « Il faut remettre de l’ordre dans votre façon de travailler parce qu’il y a trop de réclamations », lance le locataire d’Iavoloha, à l’endroit des responsables et des agents de la PAF. « Les formalités font perdre beaucoup trop de temps aux passagers. Beaucoup d’entre eux se plaignent pour les longs moments d’enquête et/ou de fouilles dans les locaux de la PAF alors que leurs documents de voyage sont complets et normaux », a-t-il indiqué. Andry Rajoelina a ainsi encouragé les responsables de la PAF à alléger les formalités à l’exception des voyageurs en partance pour les pays à risques. A titre de rappel, une mesure restrictive a été prise pour éviter les risques pour les femmes malgaches qui quittent la Grande Ile pour chercher du travail dans des pays considérés comme « à risques », en l’occurrence le Koweït, l’Arabie Saoudite et la Chine. D’autre part, lors de cette descente à Ivato, le président de la République a convoqué les responsables de la PAF pour leur donner des consignes strictes, et pour dénoncer la pratique de certains agents de l’aéroport international d’Ivato, qui continuent de favoriser la corruption. « Nous avons reçu de nombreuses doléances dans ce sens. Je ne veux plus entendre cela. Cessez de soutirer de l’argent aux gens. Arrêtez cette pratique. Etre responsable ne signifie pas qu’on a le droit d’intimider les gens », a avancé le Chef de l’Etat. Dans la même foulée, il a donné un ordre formel au ministre de la Sécurité publique afin de prendre des mesures sévères contre les responsables des faits de corruption. Toujours dans l’optique d’améliorer la qualité de service à l’aéroport d’Ivato, le Chef de l’Etat a demandé que le numéro vert à appeler pour les doléances ou dénonciations de cas irréguliers ou illégaux à l’aéroport soit confié à une autre entité que la PAF, afin d’éviter le corporatisme. « Il est anormal que ce soit la police qui collecte les réclamations sur les mauvais agissements de leurs collègues », a lancé le Président Andry Rajoelina (L’Express de Madagascar, p.3 ; La Vérité, p.2 ; Free News, p.3 ; Tia Tanindrazana, p.5 ; Inona no Vaovao, p.4). Cette visite du Chef de l’Etat devrait clôturer tout débat autour des problèmes au sein de l’aéroport d’Ivato, estime Les Nouvelles, p.2. En bref, cette visite du Président peut se résumer en un moment de rappel à l’ordre et de demande d’explications auprès des responsables de la PAF, souligne Midi Madagasikara, p.4.

PASSATIONS DE SERVICE ENTRE LES GOUVERNEURS DE REGION NOUVELLEMENT NOMMES ET LES INTERIMAIRES

Les passations de service entre les gouverneurs de région nouvellement nommés et les intérimaires à la tête des régions avancent. En effet, après Haute-Matsiatra et Analamanga, c’était hier au tour de la région Sud-Ouest d’y avoir procédé. La cérémonie d’hier a permis à Edally Ranoelson de prendre officiellement ses nouvelles fonctions de gouverneur. Malgré les débats sur la constitutionnalité et la légalité de l’acte réglementaire fixant les attributions des gouverneurs de région, la mise en place des gouvernorats de région devient de plus en plus effective, souligne Midi Madagasikara. C’est dans ce cadre que le dernier Conseil des ministres a abrogé les décrets de nomination des secrétaires généraux, des directeurs de l’administration générale du territoire et des directeurs du développement régional des 11 régions qui ont déjà leurs gouverneurs. D’autre part, à entendre le président de la République lors de son intervention télévisée d’avant-hier, les 11 autres gouverneurs de région seront nommés avant la fin de cette année (p.5). La nomination des gouverneurs de région divise toujours les opinions, particulièrement politiques, souligne Madagascar-Laza. En effet, la plateforme de l’opposition Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara poursuit son interpellation des chefs d’institution de la République au sujet de la nomination des gouverneurs de région. D’ailleurs, une délégation de la RMDM, conduite par Alain Andriamiseza et Edouard Tsarahame, a déposé les doléances de la RMDM au Sénat vendredi dernier. Ces doléances demandent aux chefs d’institution, notamment aux présidents des deux Chambres du parlement, de saisir la HCC. Selon les explications d’Edouard Tsarahame, la nomination des gouverneurs n’a pas respecté les dispositions de la Constitution. A cet effet, les juges constitutionnels devraient se prononcer face aux dérives du pouvoir exécutif, estime le vice-président de la RMDM. Pour rappel, cette saisine ne peut se faire que sur les actes des chefs d’institution, seuls habilités à saisir la HCC (Madagascar-Laza, p.3).

Communauté internationale

COOPERATION ECONOMIQUE ENTRE MADAGASCAR ET LA FRANCE : UNE DELEGATION DU MEDEF DANS NOS MURS

Une forte délégation composée de représentants des patrons du Mouvement des Entreprises de France sont actuellement à Madagascar pour trois jours. Une visite qui fait suite à la rencontre entre les membres du MEDEF et le Président Andry Rajoelina à Paris au mois de mai dernier. A cet effet, une délégation du MEDEF, conduite par Momar Nguer, nouveau président du comité Afrique de MEDEF International a rencontré dans la matinée d’hier, le locataire d’Iavoloha. A cette occasion, le Chef de l’Etat a défendu les efforts fournis par le gouvernement pour sécuriser les investissements qui se traduisent entre autres par l’intensification de la lutte contre la corruption, la simplification des procédures et surtout la mise en place de cadre juridique stable. Etant donné que l’émergence de Madagascar prônée par le gouvernement est basée sur le financement, Andry Rajoelina a souligné aux patrons du MEDEF que le pays est ouvert aux investissements directs étrangers. Le Chef de l’Etat a ainsi tenu à apporter des garanties sur la volonté d’assainir le climat des affaires à Madagascar. Pour sa part, Momar Nguer a indiqué que la délégation n’est pas insensible aux signaux positifs actuels sur le front de l’amélioration du climat des affaires à Madagascar. « Quand nous investissons dans un pays, nous visons le long terme. Quand vous visez le long terme, vous regardez la sécurité juridique dans l’environnement dans lequel vous investissez. Ce que le Président nous avait dit en matière de stabilité juridique, nous le voyons en œuvre. Ce que le Président nous avait dit en matière de lutte contre la corruption, les entreprises qui sont présentes à Madagascar nous disent que l’action du gouvernement est en marche », a lancé le chef de la délégation du MEDEF. Par la suite, la délégation du MEDEF a rencontré le Premier ministre Ntsay Christian qui a présenté les opportunités d’affaires qui existent à Madagascar. D’après le Premier ministre, le gouvernement a fait part à ces patronats français l’existence de projets de nouvelles villes à Madagascar. Les membres du MEDEF ont notamment été mis au courant du projet Tanamasoandro. D’ailleurs, le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics a fait partie des membres du gouvernement ayant assisté à cette rencontre. A part les projets de construction de nouvelles villes, d’autres domaines d’opportunités ont été présentés, notamment les domaines de l’énergie, des infrastructures, de l’e-gouvernance, de l’industrialisation, du tourisme, et de l’élevage. Pour sa part, l’Ambassadeur de France, Christophe Bouchard a souligné le renforcement des perspectives de coopération économique avec le gouvernement malgache (Madagascar-Laza, p.3-5 ; Midi Madagasikara, p.2 ; L’Express de Madagascar, p.5 ; La Vérité, p.9 ; Le Quotidien, p.3 ; Tia Tanindrazana, p.3 ; Inona no Vaovao, p.4). Après un certain moment de ralentissement des flux d’investissements français sur le sol malgache, les entreprises françaises se remettent à jeter leur dévolu sur Madagascar, souligne Free News, p.2

Focus sur la sécurité

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE : LA SECURITE DE LA POPULATION AU CŒUR DES PRIORITES DU GOUVERNEMENT

Lors d’une conférence de presse qu’il a donnée au terme de la visite effectuée à bord des navires de guerre indiens, accostés à Antsiranana, le ministre de la Défense nationale, le Général Richard Rakotonirina a fait savoir qu’assurer la sécurité de la population sur l’ensemble du territoire est la priorité des priorités du gouvernement. Le régime actuel a récemment doté l’Armée de terre, de l’air et la Marine de nouveaux équipements. Et à partir de 2020, la Marine sera dotée de gros bateaux qui pourront accueillir le centre d’instruction navale. Ces nouveaux bateaux qui auront pour port d’attache respectif, Mahajanga et Antsiranana, seront chargés de la surveillance de nos côtes. D’autre part, le ministre a souligné l’importance de la mutualisation et de la collaboration avec d’autres pays, notamment avec l’Inde. La coopération militaire entre Madagascar et l’Inde ne se limite pas à cette visite de navires de guerre. En effet, l’Inde continue de dispenser des formations aux militaires malgaches, précise Madagascar-Laza. Madagascar souhaite aussi promouvoir la collaboration et le partenariat avec d’autres centres de l’Océan indien. La mise en place du Centre régional de fusion d’information maritime constitue un pas important vers le renforcement de la lutte contre la pêche illicite, contre les accidents et contre les pollutions maritimes. (p.5)

Un peu d’humour

Les Nouvelles, p.2