Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 10 octobre 2019  

Revue de presse du 10 octobre 2019   

 

Les quotidiens ont rapporté l’écho du déplacement du Président Andry Rajoelina à Lyon. Par ailleurs, le communiqué de l’Observatoire de la vie publique, SEFAFI critiquant les enseignants-chercheurs et les journalistes a retenu l’attention des médias.

 

Processus électoral

 

LISTE ELECTORALE : DES LISTES NOIRES ETABLIES PAR LA CENI

Selon la loi électorale, la révision annuelle de la liste électorale débute le 1er décembre. Avant cette date, la Commission Electorale Nationale Indépendante ne pourra pas rayer ou ajouter des noms à la liste. A cet effet, face aux inscriptions multiples dans la liste électorale, la CENI dresse une liste noire afin d’éviter des votes multiples pour les prochaines élections. Le nombre d’électeurs et de bureaux de vote reste inchangé pour ces prochaines élections communales et municipales. (Madagascar-Laza, p.2).

 

Dynamique politique

 

ANDRY RAJOELINA A LYON

Le président de la République participe à la sixième édition de la Conférence pour la reconstruction des ressources du Fonds mondial de la lutte contre le VIH, la tuberculose, et le paludisme, à Lyon (France). A cette occasion, le Chef de l’Etat a passé en revue les grandes lignes de ses projets concernant l’amélioration du système de santé à Madagascar. Pendant son allocution, il a évoqué les efforts que le pays doit encore déployer pour y parvenir. Il a lancé un appel à une contribution massive des partenaires internationaux pour booster les caisses du Fonds mondial. (L’Express de Madagascar, p.3). En une page entière, Free News a rapporté qu’Andry Rajoelina a annoncé que l’Etat augmentera de façon conséquente le budget alloué à l’amélioration de la santé. Les chefs-lieux de chaque région et district vont être dotés d’hôpitaux aux normes internationales. (p.5)

 

SEFAFI DENONCE LA CULTURE DU PRIVILEGE

Dans un communiqué, l’Observatoire de la vie publique ou SEFAFI a pointé du doigt la culture du privilège dont font preuve les universitaires et les journalistes. Le SEFAFI a critiqué les enseignants-chercheurs qui envisagent une grève illimitée car ils refusent notamment de limiter leurs heures supplémentaires à 1500 heures par an. (Midi Madagasikara, p.11, La Vérité, p.2). Concernant les médias, l’Observatoire a remis en question le professionnalisme et l’impartialité des médias, en référence de l’affaire du survol d’un hélicoptère au stade de Mahamasina. A cet effet, le SEFAFI a encouragé des sanctions contre les journalistes qui diffusent des informations inexactes ou tendancieuses afin d’ « obliger les journalistes à vérifier leurs informations et à ne pas céder à la corruption, à la dissimulation ou à la diffamation ». Il critique aussi que « trop souvent, les médias traitent des questions juridiques, économiques, financières, sociales, religieuses ou autres avec un amateurisme affligeant, qui dérive souvent en contre-vérités ou en erreur ». A cet effet, le SEFAFI a proposé que « la profession gagnerait plus à se soucier davantage des questions de compétence professionnelle et de déontologie, afin de rehausser l’image des journalistes et la crédibilité des médias malgaches » (Midi Madagasikara, p.11). Pour Le Quotidien, les journalistes et les enseignants-chercheurs se trouvent dans le viseur du SEFAFI tout simplement parce qu’ils ont l’audace de revendiquer leurs droits qui ne correspondent pas forcément aux attentes de tout un chacun. Aussi, que les critiques vont visiblement dans le sens de défendre le régime. (p.3)

 

Communauté internationale

 

L’UE SOUHAITE UNE ELECTION PARTICIPATIVE

Lors de la présentation du projet d’observation électorale appuyé par l’Union européenne et déployé par SAFIDY de la plateforme de la société civile ROHY, hier à Ambatonakanga, l’Ambassadeur de l’Union européenne, SEM Giovanni Di Girolamo a déclaré que « la chute de participation depuis le second tour de la présidentielle jusqu’aux législatives peut s’expliquer par diverses raisons. Il y a eu des périodes difficiles à Madagascar et une partie de la population n’y a vu aucun intérêt. Pour les prochaines élections, la confiance de la population devrait augmenter vu la stabilité du pays ». Par ailleurs, l’Ambassadeur se dit être satisfait des efforts mis en œuvre durant les deux élections précédentes. D’après L’Express de Madagascar, durant les élections présidentielle et législatives, la participation des pays partenaires de Madagascar en termes de financement du processus électoral a fortement contribué au bon déroulement les élections (p.5). SEM Giovanni Di Girolamo note que les élections communales sont la dernière étape du processus électoral dans laquelle l’Union européenne est impliquée. A noter que l’UE appuie aussi le projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (Madagascar-Laza, p.3, Midi Madagasikara, p.11)

 

Style et déontologie

 

La Gazette de la Grande Ile a octroyé une couverture négative au parti TIM et à son président national. Le journal a indiqué qu’« en prévoyant déjà la prochaine défaite de son parti TIM dans le cadre des élections communales qui se tiendront dans peu de temps, notamment dans la capitale, Marc Ravalomanana a décidé de se relancer dans son propre business à travers la société Tiko ». Il a estimé aussi que Marc Ravalomanana commence sa fin de carrière politique car la proposition de loi modifiant la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition écarte Marc Ravalomanana du poste de chef de l’opposition (p.4) A quelques jours de l’ouverture de la deuxième session parlementaire ordinaire, le Sénat continue ses consultations concernant plusieurs projets de loi, informe Madagascar-Tribune.com. C’est le cas notamment de la proposition de loi sur l’opposition dont l’adoption a été ajournée. Les consultations vont notamment à l’endroit des membres des organisations de la société civile et des partis politiques qui ne figurent pas parmi les groupements parlementaires au niveau des deux Chambres. (https://www.madagascar-tribune.com/Les-consultations-se-poursuivent-au-niveau-du-Senat.html)

 

Un peu d’humour

L’Express de Madagascar, p.6