Chargement...
Chargement...
Désactiver le préchargement

Revue de presse du 21 octobre 2019

Revue de presse du 21 octobre 2019

Les événements survenus à Ambohitrimanjaka restent au cœur de l’actualité. En effet, ce weekend, le Président s’est rendu dans la région Vakinankaratra à l’occasion du lancement de plusieurs projets. Il s’est exprimé sur la situation en fustigeant les manœuvres politiques destinées à ralentir le développement. De leur côté, les membres de l’opposition ont également donné leur avis sur le sujet.

Dynamique politique

SUR L’ADOPTION DE LA LOI DE FINANCES INITIALE 2020

L’étude pour l’adoption de la loi de finances initiale (LFI) 2020 est prévue débuter durant la première semaine de novembre. Cela coïncidera avec la période de campagne électorale, ce qui risque d’entraver le processus d’adoption de la loi. En effet, comme ce fut le cas lors de la dernière élection présidentielle, des députés pourraient s’absenter afin d’accompagner leurs candidats. Cette élection de proximité pourrait largement contribuer à la baisse de l’assiduité des parlementaires. D’ailleurs, cela a déjà été constaté lors de la période de précampagne. L’absence d’un trop grand nombre de députés pourrait entraîner le retard, voire la non-adoption de la LFI 2020. En effet, un quorum doit nécessairement être atteint pour l’adoption d’une loi organique. (Les Nouvelles p.2)

INCENDIE A ANOSIBE-MANDRANGOBATO : NAINA ANDRIANTSITOHAINA AFFICHE SA SOLIDARITE

Le candidat aux communales Naina Andriantsitohaina s’est rendu à Anosibe-Mandrangobato pour exprimer sa solidarité envers les victimes de l’incendie qui a mis en cendres une trentaine de toits dans la nuit du 18 octobre. Le candidat a ainsi appelé les concitoyens de la capitale à soutenir ces sinistrés. Lors de cette rencontre, la délégation conduite par le candidat de l’IRD s’est présentée avec des dons de matériels pour l’assainissement ainsi que des vivres tels que du riz, des pâtes et des tôles. (Les Nouvelles p.2 ; Madagascar-Laza p.2 ; Free News p.3)

RINA RANDRIAMASINORO : DES DESCENTES ACCOMPAGNEES PAR MARC RAVALOMANANA

Le duo Marc Ravalomanana et Rina Randriamasinoro s’est rendu dans le troisième arrondissement de la capitale samedi dernier. Il a aussi été accompagné du député Feno Ralambomanana, élu dans cette circonscription, pour visiter tous les coins du marché d’Andrahavoahangy. Le candidat a discuté avec les marchands et présenté son projet de société (Le Quotidien p.3)

Foyer de tension

TROUBLES AUTOUR DE LA CONSTRUCTION DE TANAMASOANDRO : LE PRESIDENT REAGIT

Lors d’une descente dans la capitale de la région Vakinankaratra, samedi dernier, Andry Rajoelina s’est exprimé au sujet des affrontements survenus la semaine dernière à Ambohitrimanjaka. Il a alors expliqué que ces événements sont « inconcevables et intolérables ». Pour rappel, un affrontement entre des agents de la gendarmerie et des habitants du quartier contestant la réalisation du projet Tanamasoandro a éclaté. Lors de son allocution, Andry Rajoelina a dénoncé les violences perpétrées contre les forces de l’ordre. Il a ainsi évoqué sa position contre les « manœuvres politiques visant à entraver le processus de développement ». Aussi, une enquête est en cours du côté des forces de l’ordre pour déterminer l’identité des responsables. Le Président a par ailleurs soulevé certains points ayant suscité les débats dernièrement, notamment l’affaire de fuites de sujets aux épreuves du baccalauréat qui, selon lui, a provoqué d’énormes pertes financières à l’Etat à cause de l’irresponsabilité de quelques responsables ». Il s’est adressé aux responsables au niveau de l’Office du baccalauréat en particulier et de l’Université en général pour leur dire qu’« il faut songer à l’avenir de nos jeunes ». La descente du numéro Un malgache s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la construction d’une Université dans la région Vakinankaratra. Il a ainsi assisté à la cérémonie de la pose de la première pierre. Il a également donné le coup d’envoi des travaux d’implantation d’un centre d’épuration d’eau et d’une station de traitement d’eau à Andrefanivohitra-Andraikiba. Cette infrastructure permettra de doubler la production en eau potable de la région Vakinankaratra. (Midi Madagasikara p.2 ; L’Express de Madagascar p.3 ; Le Quotidien p.3) De leur côté, les contestataires du projet Tanamasoandro ont poursuivi leur manifestation de manière pacifique samedi dernier. Ils ont ainsi expliqué qu’ils n’étaient pas prêts à céder leurs terres. Les manifestants issus des communes d’Ambohitrimanjaka, d’Ambohidrapeto, d’Ankadimanga et de Fiombonana ont, à l’occasion, démenti les informations selon lesquelles il y avait des mercenaires dans leurs rangs. Ils ont insisté sur le fait qu’ils étaient réellement propriétaires des rizières que l’Etat veut remblayer. Des manifestants ont même fait appel au Président pour que celui-ci revienne sur place et constate leur volonté à ne pas céder leurs biens. Pour leur part, les éléments de l’Etat-Major Mixte Opérationnel de la Région présents sur place ont assuré qu’ils étaient là seulement pour sécuriser la manifestation. De son côté, la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy a publié plusieurs documents administratifs dont le décret déclarant d’utilité publique, les travaux de construction de la nouvelle ville Tanamasoandro. Concernant cette procédure applicable en termes d’expropriation pour cause d’utilité publique, « une étude d’impact environnemental devrait être effectuée au préalable », a expliqué l’ancienne présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo. « Il aurait fallu s’enquérir des réactions des habitants concernés par l’expropriation. Une autre phase aurait permis d’évaluer le montant des indemnités à allouer aux propriétaires qui acceptent de céder leurs terres. Enfin, un décret portant expropriation devrait clore le processus », a-t-elle ajouté. La ministre de la Communication et de la Culture a divulgué l’avis sur l’ouverture de l’enquête commodo et incommodo. L’avis date du 14 juin 2018 et a été signé par Hajo Andrianainarivelo ; alors qu’à ce moment-là, ce dernier n’était pas encore le ministre en charge de l’Aménagement du territoire. (Midi Madagasikara p.3 ; Madagascar-Laza p.3) Les démarches ont été entreprises le 4 juin 2019 à travers la sortie d’un arrêté ministériel portant ouverture de l’enquête commodo-incommodo. Après quoi, les habitants ont été informés et à cet effet, des affichages ont été placardés dans les fokontany concernés afin d’informer sur les tenants et les aboutissants du projet. En amont de ces procédures, des réunions entre les responsables du ministère de l’Aménagement du territoire et les autorités locales concernées ont également eu lieu. Aussi, des descentes en vue de rencontrer les chefs fokontany et les habitants des circonscriptions concernées ont également été menées. Il ne reste désormais plus qu’à attendre l’autorisation environnementale délivrée par l’Office national de l’Environnement (ONE) qui devrait être disponible au cours de cette semaine. En effet, des documents portant étude d’impact environnemental dans le cadre de ce projet ont été envoyés à l’ONE ainsi que des études hydrauliques et géotechniques faites par le Laboratoire national des travaux publics. (Les Nouvelles p.3 ; Free News p.2)

La plateforme de l’opposition, le RMDM s’est également exprimé sur le sujet vendredi dernier au cours d’une conférence de presse à Soarano. Les membres de ce groupement ont fustigé « l’absence de transparence qui entoure la réalisation du projet Tanamasoandro » en précisant que l’opposition ne désapprouvait pas la réalisation de ce projet. Ils restent, selon Ihanta Randriamandranto, convaincus qu’Antananarivo est actuellement asphyxiée et que la création d’une nouvelle ville constitue la meilleure alternative pour désengorger la capitale. Le problème, selon elle, porte sur la manière de concrétiser le projet Tanamasoandro. Pour l’opposition, il est nécessaire de revoir en détails les questions techniques, surtout en ce qui concerne le site de construction. Aussi, pour ce qui est de la question de l’expropriation, « le Président devrait tirer des leçons du passé, les Malgaches étant très attachés à la terre de leurs ancêtres », selon elle. (Madagascar-Laza p.3) De l’avis de La Gazette de la Grande Ile, les politiciens de l’opposition profitent de la situation pour envenimer les choses. Cependant, la communication a été minimisée, ce qui engendre des désagréments majeurs. (p.5) Allant dans ce sens, La Vérité soutient que l’attitude de l’opposition ayant « chauffé à blanc l’atmosphère, en incitant les populations concernées à s’opposer jusqu’au bout à l’initiative présidentielle » n’est en rien constructive. Le journal s’interroge si c’est là le vrai rôle de l’opposition. (La Vérité p.2)

Style et déontologie

La Vérité adopte un ton négatif et profère des rumeurs concernant Marc Ravalomanana. Il soutient que « Marc Ravalomanana infantilise Rina Randriamasinoro en se mettant en avant durant ces descentes au lieu de valoriser son porte-fanion ». Selon le quotidien, « le numéro du TIM a démontré qu’il n’a rien perdu de son caractère dominateur à l’endroit des collaborateurs ». Le journal rappelle, en ce sens, que « Marc Ravalomanana n’hésitait pas à confier des tâches avilissantes à des militaires, des tâches telles que la garde de ses vaches laitières ». (La Vérité p.2)

Inona no vaovao accuse le parti TIM, notamment le député élu à Ambohidratrimo, Mamy Rabenirina d’avoir été à la tête des manifestants qui ont perpétré des actes de violence sur le site du projet Tanamasoandro. Apportant une photo à l’appui, le journal soutient que le mouvement est de nature politique. Il reproche au parti TIM de Marc Ravalomanana, de s’être « spécialisé dans l’incitation des foules au trouble et à la débandade ». Selon le journal, cela peut être prouvé par les aveux faits par l’une des personnes blessées lors des échauffourées de la semaine dernière. Pour rappel, les victimes étaient essentiellement des éléments des forces de l’ordre et la personne blessée au pied ramenée aux urgences a été blessée en tombant. (p.2)   

Un peu d’humour

Le Quotidien p.4