Les cadres de concertation au niveau communautaire

Ils concourent à une action publique transparente et efficace permettant le développement de la participation tout en visant à rapprocher les citoyens de la politique, des élus et de l’institution. Dans le cadre du projet PEV Madagascar, ils permettent de développer une culture de la participation et de la citoyenneté active dont les contenus recueillis, peuvent être des points de vue, des recommandations, des reformulations, des priorités, des points d’alerte, etc.

 

Ils visent à :

  • Partager les informations, assurer leur circulation ;
  • renforcer les synergies entre les différents acteurs locaux, à mettre en cohérence leurs actions pour la promotion d’une élection sereine, dans le respect mutuel,  la tolérance  et la paix
  • Donner des espaces d’expression à tous les acteurs concernés par le processus électoral ;
  • Renforcer la prise de conscience des acteurs électoraux sur l’importance d’un processus électoral serein, les rassembler autour de cette préoccupation du projet ;
  • Identifier et évaluer ensemble les risques et les menaces qui pourraient affecter le déroulement dans le calme du processus électoral ;
  • Impliquer de manière inclusive, participative et responsable tous les acteurs locaux dans la recherche d’un climat électoral apai

Dans le cadre du projet «  Prévention et gestion des conflits liés aux élections, PEV Madagascar », un espace de concertation a été organisé le 13 avril 2019 dans la grande salle de la Préfecture d’Antsirabe auxquels ont participé les acteurs électoraux à savoir, les démembrements de la CENI, les représentants des autorités locales, les FDS, la société civile, les citoyens, les médias et  deux candidats pour les législatives dans le District. Les objectifs étaient de :

-Déterminer les faits risquant de générer des conflits et des tensions durant le processus électoral durant les élections législatives ;

-Faire respecter le libre choix des électeurs.

 Les participants ont évoqué l’importance du renforcement de l’éducation des citoyens. De ce fait, l’émission « la Communication territoriale » de la Radio Nationale de Madagascar (RNM) menera pour une campagne d’éducation électorale. La Préfecture procédera aussi à la formation des chefs de fokontany sur le respect de la neutralité de l’administration. De leurs côtés, les Forces de sécurité vont contribuer au respect de la liberté de l’exercice de vote en assurant la sécurité durant le jour du scrutin.  Et enfin, les candidats présents ont demandé à ce que les tableaux d’affichages officiels soient à une hauteur plus elevée afin d’éviter les déchirures et les altérations.

Un cadre de concertation a été organisé le 30 mars 2019 à l’Hotel Suzanna dans le District de Belo sur Tsiribihina sur le thème « le respect du choix de l’électeur, garant de l’apaisement des élections législatives ». Les participants ont constaté que dans le district, le non-respect des lois électorales prédomine à travers la campagne avant l’ouverture officielle de la période et les provocations entre les partisans des candidats. Il a ainsi été mentionné que le respect des lois et le respect de la neutralité de l’administration garantissent l’égalité des chances des candidats et l’apaisement. Tous les acteurs sont sollicités à la sensibilisation des membres des partis politiques et des partisans des candidats afin d’éviter les dérapages et de  maintenir le calme durant le processus électoral. Les représentants des médias présents vont renforcer la sensibilisation des citoyens au vote.

 

Un espace d’échange et de concertation a été organisé le 24 mars 2019 au stade couvert Andralanitra dans le district d’Atsimondrano. 149 personnes, à majorité féminine, ont participé au débat. L’objectif était de déterminer les points importants afin de respecter le choix des électeurs pour garantir l’apaisement durant le processus électoral. Les participants ont ainsi rappelé plusieurs points sur le processus à savoir la date de l’élection et le nombre de siège pour le District, les rôles et responsabilités des Députés ainsi que l’importance du respect du choix de l’électeur. Selon les participants, il faut connaître tous les candidats, suivre les propagandes et assister au dépouillement jusqu’au comptage des voix pour assurer le respect du choix des électeurs. La réflexion suivante a été posée par des participants : Quelle disposition pourra suivre les citoyens si un(e) Député élu(e)  ne respecte pas ses promesses de campagne.

La réunion s’est clôturée par un jeu concours où 3 participants ont reçu des lots dont le guide « Torolalana ho an’ny olompirenena momba ny andraikitr’ireo mpitandro filaminana mandritry ny fifidiananan » produit par le projet.

Un cadre de concertation, sur le thème « Le respect des lois électorales est le garant d’un processus électoral apaisé et crédible », a été organisé le 23 mars 2019 à Mahasoabe dans le District de Vohibato. Le débat a commencé par un rappel des articles importants des lois électorales ainsi que les rôles et la responsabilité des Députés. En effet,  l’ignorance de cette dernière est à l’origine de la réticence des électeurs à aller voter. S’y ajoute le non-respect des promesses de campagne par les Députés élus.

Les risques pouvant générer des conflits durant le processus reposent sur l’ignorance des lois électorales, l’omission des électeurs sur la liste électorale et le fait que le mercredi est un jour de marché dans le District, ce qui pourrait générer des troubles. Les participants ont proposé de vulgariser les lois électorales et de renforcer la sensibilisation concernant les rôles et responsabilités des députés ainsi que l’importance de l’acte de vote ce 27 mai 2019.

Un espace d’échange et de concertation a été organisé le 01 février 2019 au BUCAS Antanimena en partenariat avec le Comité de Développement d’Andohatapenaka. L’objectif du cadre était de déterminer les solutions à prendre pour éviter les anomalies et irrégularités de la liste électorale car cette déficience était une source de mécontentement des électeurs qui ont eu des problèmes sur ladite liste. Les représentants de la CENI ont expliqué que ce sont surtout  les logiciels de traitement qui sont à l’origine des irrégularités mais non des agents qui sont chargés de la saisie des listes. Pour ce faire, les démembrements de la CENI ont proposé  aux membres du CLRE de suivre la procédure jusqu’au saisie des listes électorales auprès des CID pour limiter les  défaillances. Les membres des CLRE vont tenir une copie de la liste de rajout pour pouvoir confronter avec la liste provisoirement arrêtée retransmise  auprès des fokontany.  Les Chefs de fokontany présents ont proposé d’intégrer dans le CLRE le secrétaire qui connaît toute la communauté, ceci afin de garantir une liste électorale transparente et fiable tandis qu’une partie de l’assistance a demandé l’augmentation des indemnités des membres du CLRE.

Un cadre de concertation a été organisé à Manaingazipo Ambodisatrana II dans le District de Sambava le 01 février 2019 à l’occasion de la révision annuelle de la liste électorale RALE 2018-2019.  En effet, il a été constaté que les irrégularités de la liste électorale avaient engendré des foyers de tensions. Actuellement, les futurs présumés candidats aux députations se font entendre déjà dans les médias locaux.  Les participants ont constatés maintes anomalies et irrégularités sur la liste électorale durant les élections présidentielles. La CER a confirmé que beaucoup d’électeurs n’y sont pas encore inscrits. Le fokontany  a rappelé que c’est le moment propice pour régulariser la situation des citoyens dans les registres auprès des fokontany. La CED vont sensibiliser à travers les médias. Il a été suggéré d’ajouter des numéros de contacts sur la liste afin de prévenir les électeurs lorsque les cartes seront arrivées. La CU et les fokontany collaborent en accélérant la remise des CNI afin que leurs titulaires puissent être inscrits sur la liste électorale. Bref, il est confirmé que la participation de tous les acteurs électoraux est nécessaire pour assurer la transparence de la liste électorale et d’éviter ainsi les irrégularités ; ceci limitera les conflits durant les élections.

Dans le cadre du projet « Rindra hisiam-pifidianana lavitry ny hetraketraka, PEV Madagascar », un espace de concertation a été organisé le 01 février 2019 dans le District de Fianarantsoa. Selon les participants, une liste électorale complète et transparente garantit la légitimité des élections et prévient les éventuelles tensions. Les irrégularités de la liste électorale ont failli causée des troubles et des violences durant les élections présidentielles. En effet, le problème réside, sur la procédure d’inscription auprès du CLRE jusqu’à la saisie de cette liste, sur le non-paiement des membres du CLRE et des Chefs de fokontany ainsi que le défaut de déclaration des personnes qui ont changé de fokontany. Pour garantir une liste électorale fiable, il faut, maintenir le certificat de radiation dans les fokontany. Le CLRE, pour sa part, va effectuer une visite à domicile auprès des citoyens pour faire des sensibilisations et mettre des affiches concernant les dates importantes sur l’inscription dans la liste électorale. Les acteurs électoraux, à savoir les partis politiques, les OSC, vont se donner la main pour sensibiliser les citoyens afin que la liste électorale ne soit pas une source de conflit ou de violence durant les élections.

Un espace d’échange et de concertation a été réalisé au Stade couvert d’Andralanitra, Commune d’Ambohimahitsy dans le District d’Avaradrano le  dimanche 27 janvier 2019. L’objectif était de prévenir  les conflits et de réduire les éventuelles tensions dues à la déficience et aux irrégularités de la liste électorale. Le débat a fait ressortir les vécus générateurs de conflits par rapport à la liste électorale durant les élections présidentielles. Selon les participants, pour prévenir les conflits durant le processus électoral, il faut assurer la clarté et la transparence de la liste électorale car elle figure parmi les sources de conflits durant le jour du scrutin. L’auditoire a suggéré aux représentants de la CENI de mettre un responsable permanent auprès des fokontany pour s’occuper de la révision annuelle de la liste électorale. Toutefois, selon un des chefs de fokontany présents, il appartient à tout un chacun d’assurer que la liste électorale soit claire et transparente et ne soit pas une source de conflits durant les élections. Un des problèmes majeurs évoqués par les participants, pour le cas d’Akamasoa, est la non-possession d’acte de naissance et de la Carte Nationale d’Identité privant les résidents de leur droit de vote.

Le cadre de concertation pour Antananarivo et ses environs s’est tenu au Centre Social Arrupe Faravohitra ce 10 août. Cet atelier d’échange et de dialogue organisé par KMF/CNOE s’oriente dans l’atteinte des objectifs du projet PEV ou Projet d’appui à la prévention et gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections.
Ces ateliers visent à encourager le dialogue et la collaboration entre les différents acteurs clés du processus électoral et surtout les citoyens. D’autre part, ils permettent de connaitre les défis et contextes locaux et ainsi définir des résolutions à partir des contributions des participants et des panélistes.
A cet effet, quatre panélistes ont été conviés Monsieur Rasolondraibeny Alain Secrétaire permanent au sein du CEP d’Antananarivo, Madame Raharimanganindriana Verohanitra Tianamalalasoa Chef du district de Tana II représentant le préfet de police d’Antananarivo, Monsieur Miadana Fabien Privat de l’ONG Tolotsoa et Monsieur Ramamonjisoa Rivo Alain de la Radio Don Bosco. Ils ont alimenté les réflexions sur le thème : « Quelles sont nos responsabilités pour un processus électoral serein ? »
L’assistance a été très dynamique de par les questions et les remarques qu’ils ont soulevées. Identification des défis, propositions des recommandations qui ont trouvé écho auprès de chacun. La présence du Président National du KMF/CNOE et du Directeur de Cabinet de la CENI a enrichi les échanges par leurs interventions. Tous les acteurs étaient convaincus qu’il est plus qu’important de faire connaître les lois électorales aux citoyens ne serait-ce que les points importants, il a été suggéré, au Chef de district, de les vulgariser de manière simple par le biais d’affiches éparpillées jusque dans les fokontany.
Le message a été clair, prise de responsabilité de chaque partie prenante, confiance réciproque, respect des lois et règlements tels ont été pour l’auditoire et le panel les conditions pour un climat apaisé en vue des élections à venir.