Débat multi-acteurs dans les 7 localités,...

Ces cadres serviront d’expliquer les principes de base de la prévention et gestion des conflits potentiellement liés aux élections et d’échanger autour des défis constatés et les potentiels foyers de tension dans la zone en question. Il s’agit de voir comment impliquer ces acteurs dans le système d’alerte précoce et réponse rapide et donc d’élaborer des plans d’action / d’intervention commun et des collaborations entre eux et avec le système mis en place par le projet. Une attention particulière est donnée à la collaboration avec les forces de l’ordre et l’encouragement de la confiance des populations en général vis-à-vis de ces acteurs.

Toamasina, 21 mars, dans le cadre du projet PEV, un débat multi-acteurs sur « Le respect des lois électorales : garant d’une élection crédible et d’un climat électoral apaisé » a été organisé dans la grande salle de l’hôtel Miou Miou. Ce débat, animé par le modérateur ANDRIANANDRAINA Hery Fils, Journaliste de l'Express de Madagascar à Ambatondrazaka a vu les interventions de trois panélistes, notamment Andoniaina Andriamalazaray, Président National de Kmf/cnoe Education des citoyens, Ramaroson François Xavier, Secrétaire Permanent Provincial de la CENI Toamasina et de RAKOTONDRAVELO Hanta Malala, Journaliste de la RADIO ALPHA VAVATENINA, pour introduire le sujet et échanger sur le rôle de chaque acteur dans le respect des lois comme un élément clé pour garantir un climat électoral apaisé et ceci spécifiquement par rapport aux élections législatives prévu pour le 27 mai 2019. Le débat a réuni des représentants de l’administration électorale, des forces de défense et de sécurité, de la société civile et des médias qui ont participé activement dans l’échange d’idées et de bonnes pratiques. Il est également à mentionné que ce débat s’inscrit dans une série de formations qui se sont réalisées à Toamasina cette semaine, notamment pour les points focaux du dispositif d’alerte précoce, les journalistes au sujet du journalisme sensible au conflit et pour les forces de défense et de sécurité.

La Grande salle de la Région SAVA accueille, le 24 août, le débat en panel clôturant la session de renforcement de capacités des points focaux œuvrant dans les 4 Districts constituant la Région, à savoir Sambava, Antalaha, Vohemar et Andapa. Les différents acteurs du processus électoral ont répondu présents à la sollicitation du projet PEV en vue d’échanger sur les « défis à relever au niveau local en vue d’un processus serein à Madagascar », en l’occurrence les représentants des partis politiques, les organisations de la société civile, les responsables des administrations électorales, les Forces de Sécurité et les citoyens. Farantsa Martin, Président de la Commission Électorale du District de Sambava, Feno Pierre Richard, membre de l’organisation Justice et Paix et Levita, journaliste de la RNM TVM constituent les panélistes ayant alimenté les débats avec leurs expériences et réflexions. L’assistance a fait preuve d’un important enthousiasme dans l’identification des menaces du processus électoral dans la Région SAVA et surtout, la proposition de recommandations, essentiellement basées sur la vulgarisation du Code électoral, la participation de la femme aux élections pour davantage de légitimité et accroître le taux de participation, l’application stricte des lois électorales et une liberté d’expression effective.

Le renforcement de capacités des membres de la société civile d’Antsiranana, constituant les points focaux pour le dispositif d’alertes précoces de PEV Madagascar au niveau de Diégo et des districts alentours, en l’occurrence Ambanja, Nosy Be et Ambilobe, arrive à son terme. Pareillement aux missions précédentes, cette formation est clôturée par la tenue d’un débat multi-acteurs.
Pour Antsiranana, ledit débat en panel multi-acteurs se tient en cette matinée du 3 août à l’hôtel de la Poste Annexe. Le Président de la Commission Électorale Provinciale de Diégo Velonjandry Léonard, la journaliste Harynah Ramanantsoa et le vice-président national du KMF/CNOE Tokiniaina Elibin ont été sollicités pour constituer le panel et alimenter les réflexions sur le thème : « Quels défis pour assurer un climat apaisé en vue d’un processus électoral serein à Madagascar ? » à partir de leurs interventions et ce, sous la co-modération de Zarazafy Kristeva et de Toto Landry Judicaël.
Mis à part les participants au Séminaire des jeunes universitaires, qui débutent leurs activités avec ce débat en panel multi-acteurs et les points focaux qui viennent d’être mis en place, l’assistance a fortement répondu présente à l’invitation et est composée des principaux acteurs du processus électoral dans la région de Diégo, en l’occurrence les responsables locaux des partis politiques, les membres de la société civile, les représentants des différents corps des Forces de Défense et de Sécurité, les autorités et élus locaux, les responsables au niveau de l’Administration d’Antsiranana, les membres de la Commission électorale locale et les simples citoyens.
Étant donné les enjeux, plus particulièrement la pertinence et l’opportunité du thème du débat en cette période électorale, l’auditoire a fait montre d’enthousiasme dans les échanges, autant dans l’identification des menaces et risques que dans la proposition de solutions et de recommandations, visant à contribuer à la prévention et éventuellement la gestion des conflits liés aux élections dans la région d’Antsiranana.

Comme à chaque descente sur terrain dans ses régions d’intervention, le projet PEV Madagascar organise un débat multi-acteurs, qui finalise la formation des points focaux signaleurs d’alertes et constitue le point de départ, pour le séminaire des jeunes universitaires. Cette mission à Mahajanga s’avère néanmoins particulière dans la mesure où elle a également vu la tenue d’une séance de renforcement de capacités pour les journalistes locaux afin qu’ils soient davantage sensibles aux conflits électoraux. La tenue de ce débat a, par conséquent, permis d’alimenter les réflexions pour le reste de la formation.

Ce débat multi-acteurs, porté sur le thème : « Quels défis pour assurer un climat apaisé en vue d’un processus électoral serein à Madagascar ? »,  s’est ainsi tenu à l’hôtel Roches Rouges, dans la matinée à partir de 9 heures et a vu la participation du président de la Commission Électorale du District de Mahajanga, d’une journaliste locale et du président de l’association pour la défense des consommateurs de la ville des Fleurs.

L’assistance, composée autant d’autorités décentralisées et déconcentrées, de représentants des Forces de sécurité, des partis politiques, de la société civile, des journalistes, des syndicalistes, d’universitaires mais également de simples citoyens, a fait preuve d’enthousiasme dans les échanges sur les problématiques et facteurs de conflits mais surtout, sur les recommandations qui visent à optimiser les actions de prévention de conflits électoraux en cours ou ultérieures.

 

Le débat multi-acteurs, tenu à l’Espace Chris Morondava le 22 juin 2018 dernier, a été fructueux car tous les acteurs se sont engagés d’une part, à prendre leurs responsabilités respectives afin de prévenir les éventuels conflits et violences liés aux élections et d’autres part, à renforcer les initiatives tendant  à maintenir une collaboration afin d’encourager  davantage un climat de confiance entre les différents acteurs et ainsi de préserver un climat électoral serein. Il est donc important selon les participants, de renforcer la lutte contre la corruption et l’insécurité pendant le processus électoral, de renforcer  la sensibilisation afin de dépasser les problèmes ethniques et parallèlement de sensibiliser les citoyens à participer aux élections et à  suivre les résultats du scrutin.

Après Fianarantsoa, Toamasina et Antananarivo, c’est au tour de Toliara d’accueillir le débat multi-acteurs organisé par le projet PEV Madagascar, cette matinée à l’hôtel Palétuvier, l’objectif étant d’échanger sur la problématique : « quels défis pour assurer un climat apaisé en vue d’un processus électoral serein à Madagascar ? ».  Si les principales préoccupations reposent sur la liste électorale et la performance de la CENI, les recommandations convergent vers une nécessité de responsabilisation de toutes les parties prenantes au processus électoral, l’amélioration de la gestion des activités électorales dans les localités éloignées et la sécurisation des résultats par tous les acteurs. Les représentants des partis politiques : Mr Miasy Jean Elson pour le MAPAR et Mr Andrianasolo Paulin pour le TIM, le représentant de la CENI Mr Mahaliny Zanabolana et la représentante de la Société civile Mme Ysaia Alphine ont échangé avec l’assistance, sous la modération de Mme Harisoa Yolande, journaliste de la station Soatalily.

Dans le cadre de ses activités, l'équipe du projet PEV Madagascar a organisé un débat regroupant certains acteurs du processus électoral. Dans le but d'accroitre les synergies entre les differents acteurs et à mettre en cohérence leurs actions pour la promotion d'une élection sereine; dans le respect mutuel, la tolérance et la paix; et d'échanger sur les pistes d'action pour la consolidation d'un climat apaisé en impliquant tous les acteurs. Le débat est organisé dans le cadre d'une formation sur le journalisme sensible aux conflits. Le panel a été constitué de Mme Liliane Ravaoharinirina, Secrétaire Exécutif Adjointe de la Commission Electorale Nationale Indépendante, de Mr Rivo Rakotondrasanjy, Administrateur du Fivondronan'ny Mpandraharaha Malagasy, du Colonel Zafisambatra Ravoavy, Directeur de la Sécurité et des Renseignements auprès de la Gendarmerie Nationale et de Mr Herilaza Imbiky, Juriste. Ils ont réagi au contexte de crise pré-électorale qui secoue actuellement Madagascar. Ils ont ainsi apporté des recommandations pour contrer la crise de confiance de la population malgache à l’encontre des politiciens, des institutions et des forces de l’ordre. Mais aussi des pistes techniques pour la tenue d'un processus électoral serein.

Ci-joint le résumé du débat

Résumé du débat

 

Pour finir la séance de renforcement de capacités et d’échange avec les points focaux bénévoles de Toamasina, le projet PEV Madagascar a organisé une conférence-débat publique à l’Université de Toamasina le jeudi 17 mai 2018. Les discussions se sont fait autour de la thématique :

« Quels défis pour assurer un climat apaisé en vue d’un processus électoral serein à Madagascar ? »
Les panélistes du débat étaient Mr Maro Roland de la Commission Electorale Provinciale (CEP), Mr Joël Koto Berthino de Radio Voanio et Mr Betsara Jean Kinnéar de la KMF/CNOE. Le débat a été modéré par Aniella Vololoniaina. Le rapporteur général de la CENI et le président national de KMF/CNOE ont pris part au débat notamment en apportant des éclaircissements sur les positions de la CENI et du KMF/CNOE par rapport au thème. La participation des jeunes a été très remarquée.
En guise de conclusion, il a été unanimement dit que pour assurer un climat apaisé, chacun devrait prendre ses responsabilités, tout en mettant le point sur la redynamisation de la participation citoyenne et l’éveille de la conscience citoyenne et politique pour l’intérêt commun et l’avenir du pays.

Le Projet d’Appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections (PEV Madagascar), contribue à créer un climat apaisé qui inspire confiance en mettant les actions de dialogue et de collaboration multi-acteurs au cœur de toute démarche. C’est pourquoi l’équipe du projet a organisé un débat en panel le 13 avril 2018 à l’amphithéâtre de la Région Haute Matsiatra. Les panélistes étaient composés de : Mme Ranjarisoa Arline (Présidente de la Commission Electorale au niveau Provincial de Fianarantsoa), Mr RASOAMIARAMANANA Heritiana dit ZAREF (Responsable de communication du parti HVM à Fianarantsoa), Mr ANDRIATSILAVO Richard (Secrétaire Général du MAPAR – TGV à Fianarantsoa) et de Mr ANDRIANIRINA Mamy Auguste (Enseignant Chercheur de l’Université de Fianarantsoa).
L’objectif du débat était d’accroitre les synergies entre les différents acteurs afin d’identifier les défis pour assurer un climat apaisé en vue d’une élection sereine à Madagascar et de proposer des pistes d’actions. Le débat a réuni 90 personnes issues de l’administration, partis politique, étudiants, société civile, médias.